Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

  • : Le blog de Cameline
  • : Un blog sur les femmes et la féminité, sur leur beauté et leur histoire .... Un blog aux petits soins pour la peau, aux petits soins pour soi.
  • Contact

Texte Libre

Rechercher

Retrouvez cameline surHellocoton

Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs

29 novembre 2015 7 29 /11 /novembre /2015 11:47

Hiver 1922. Les élégantes découvrent dans le Vogue de novembre les tendances de la nouvelle saison. Si la simplicité domine la mode avec  la garçonne, on assiste chez les couturiers à un retour d'une certaine "richesse de ligne, de tissu et de couleurs que nous n'avions pu admirer depuis 1914".

 

Les modistes combinent différentes matières, tissu, feutre, ou fourrure, velours et dentelle, et choisissent les couleurs de l'automne assorties à celles des tenues : "toute la gamme des bruns", un peu de noir, "des teintes de vert, plutôt foncées, verts feuille, myrthe ou réséda". Leurs garnitures préférées sont les rubans, voiles ou fourrures, qui viennent se draper autour de la calotte ou se nouer de côté, assortis à un détail de la toilette.

Pour la journée les chapeaux sont le plus souvent de petite taille, épousant les têtes aux cheveux courts, et plus pratiques pour accompagner les énormes cols de fourrure. Quant aux grands chapeaux aux larges bords, ils sont portés lors de réunions habillées, ou bien le soir avec les robes décoletées. Et pour celles qui ne s'accomodent pas de grands chapeaux ou qui souhaitent une coiffure plus pratique pour danser, le choix se porte sur le turban porté "à l'hindoue ou à la persane".

 

"Reboux a composé cette grande capeline de satin brun foncé, dont la passe, étroite et relevée devant, retrouve en arrière toute son ampleur. Une petite guirlande de queues d'hermine est posée sur le bord de la passe. La fourrure garnit de nombreux chapeaux".

 

 

 

 

Dès l'instant où le chapeau est de petite taille, il peut être aussi réduit qu'on veut, comme le démontre ce modèle de Talbot, en duvetine noire. La passe, baissée dans le dos et relevée devant est entièrement doublée d'un galon d'argent noué plat sur le côté droit."

 

 

 

 

Ici, Suzy entoure "la grande calotte de feutre "cannelle" d'un immense ruban de taffetas assorti, noué à droite de façon originale. La passe est tendue de taffetas".

 

 

 

 

Pour ce chapeau, "Lanvin a recouvert en partie d'une broderie persane cette petite forme en crêpe vert, garnie d'une écharpe verte enroulée autour de la calotte. Une touffe de plumes de coq, rouges, vertes et brunes, sort à droite de dessous la passe".

 

 

 

 

Reboux propose pour les réunions habillées un chapeau "dont la passe est en satin noir et la calotte en velours noir". Le grand noeud de ruban est du même velours.

 

 

 

 

"Lanvin a emprunté au turban oriental une partie de sa ligne pour cette coiffure du soir en lamé or et noir, drapé autour de la tête, sans aucune calotte", laissant "en partie la tête découverte".

 

 

 

Source :

"La mode d'hiver telle que la porte la Parisienne". Vogue, Paris, 1er novembre 1922. Gallica

The Metropolitan Museum of Art

"1923 fashions in colour" Snapped Garters

Boutique Etsy "Art de l'imaginaire"

Rendez-vous sur Hellocoton !

Published by Cameline
commenter cet article
22 novembre 2015 7 22 /11 /novembre /2015 21:02

 

 

"Panaches, aigrettes et rubans", sont les ornements favoris des modistes cet automne. Toutes les élégantes portent ces drôles de chapeaux qui rappellent les parures des oiseaux. Ce sont toutes sortes de chapeaux, souvent très amusants mais difficiles à porter. A moins qu'elles ne se contentent d'un petit chapeau de satin comme ci-dessus.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Source : Le Jardin des modes nouvelles, octobre 1913. Gallica

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Published by Cameline - dans A la Belle Epoque
commenter cet article
7 novembre 2015 6 07 /11 /novembre /2015 21:40

 

 

Les jardins de Versailles, réalisés il y a plus de deux cent ans à la demande de Louis XIV , demeurent un des plus beaux lieux de promenade. Ils ont été préservés au fil des siècles, de sorte que l'on peut s'imaginer marcher dans les pas des promeneurs d'un autre temps.

 

Dans son article publié dans le Jardin des Modes nouvelles, Gabriel Mourey prête sa voix à une élégante de la Belle époque, qui tous les ans, accomplit son "pèlerinage d'automne à Versailles".

"Contemplées, du haut des terrasses, ces masses de feuillages dorés, où tous les ors se mêlent et que les verdures sombres des buis et des ifs taillés rendent, par contraste, plus rutilants et plus sonores, composent le plus émouvant décor aux songeries qui nous assaillent. Descendez les marches de pierre des escaliers royaux, enfoncez-vous sous les allées profondes, entrez dans les bosquets enclos de treillages moussus, arrêtez-vous au bord des fontaines silencieuses, asseyez-vous sur les bancs de marbre, écoutez la musique triste que fait au-dessus de vos têtes le passage de la plus haute brise à travers les branches déjà noires et leur parure desséchée.

"Grisons-nous de tout le passé qui nous environne ici et dont le dessin de ces parterres, les genres de marbre de ces statues, la forme et l'ornementation de ces vases, de ces pièces d'eau, évoquent à nos yeux la magnificience et la grandeur."

 

 

 

 

 

 

 

La Vénus accroupie est à l'origine en marbre, réalisée par Antoine Coysevox en 1686 pour le parterre nord. Elle fut remplacée en 1871 par un bronze, le marbre de Coysevox étant désormais conservé au musée du Louvre-Lens.

 

 

 

 

 

 

L'Ariane endormie est un marbre par Corneille Van Clève, en 1686, pour le parterre du Midi, copie de l'Ariane antique du Vatican.

 

 

 

 

Un ouvrage du XIXeme siècle nous guide à travers les jardins de fontaine en fontaine jusqu'au bassin de l'Encelade : "nous suivons une petite allée entre deux charmilles qui se présente devant nous. Arrivés au bout, nous tournons à gauche et nous parvenons à l'admirable bassin d'Encelade, dont nous apercevons de loin la tête et le bras gigantesques, au milieu des fragments de rochers. Il est à demi enseveli sous les débris de l'Etna. Le jet d'eau qui sort de la bouche du Titan à vingt-trois mètres. C'est un des plus élevés de tous ceux du jardin."

 

 

 

 

 

Sources :

Le Jardin des modes Nouvelles, novembre 1913. Gallica

Le parc et les grandes eaux de Versailles, 1885. Gallica

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Published by Cameline - dans J'aime
commenter cet article
30 octobre 2015 5 30 /10 /octobre /2015 22:14

Insidieusement, l'hiver approche. C'est comme s'il ne voulait pas se laisser deviner. L'hiver ronronne, en attendant qu'il nous saisisse sans pitié. L'hiver fait avec nous patte de velours.

 

Robe d'après-midi en velours de laine broché

 

Le velours, roi des tissus, se démocratise. Il sait prendre les aspects les plus captivants et les plus variés. Tantôt uni et moelleux comme le pelage d'un animal, il demeure dans les tons de fourrures - noir, fauve, marron, cuivre - qu'on aime par leur distinction. Tantôt parcouru de reliefs, frappé, ciselé, gaufré, il évoque par ses dessins les beaux brocarts et les damas d'autrefois.

 

Velours côtelés

 

Notre saison réserve toutes ses faveurs au velours côtelé. C'est un des velours les plus séduisants car, tout en possédant la souplesse soyeuse et la lourdeur majestueuse de ses frères. Il offre, en plus, le charme de la mobilité, dû aux ombres des côtes qui jouent dans la lumière. Ce charme agit particulièrement avec les teintes en vogue, qui sont délicates et tendres comme celles des feuilles d'automne. On ne voit en effet que gris fauve, vert-réséda très clair, ou, dans des tons plus soutenus, cuivre chaud, vert-épinard, acajou.

 

Velours de laine brochés

 

Les mêmes teintes se retrouvent dans les lainages, qui se combinent avec les velours de la façon la plus séduisante. Les plus nouveaux se font en jaune crème, en corail, et en rouge Andrinople. Mais l'innovation de cet automne consiste en ramages sombres qui courent délicatement sur le fond et donnent à ces tissus un aspect d'une grande distinction.

 

Costume de chasse en velours côtelé

 

Source (texte et images) : Gallica "Velours et lainages pour l'automne", article de Jeanne Fravel publié dans la revue "Jardin des modes nouvelles" le 15 octobre 1913.

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Published by Cameline - dans A la Belle Epoque
commenter cet article
23 octobre 2015 5 23 /10 /octobre /2015 09:30

"Jeune fille en corset", Eugène Vidal, vers 1880

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !
Published by Cameline - dans A la Belle Epoque
commenter cet article
11 octobre 2015 7 11 /10 /octobre /2015 14:00

 

Voici quelques semaines, le 21 septembre, j'ai reçu un message d'Overblog pour me rappeler que mon blog avait cinq ans. Et oui, cinq ans déjà ...

Cinq ans de plaisir. Plaisir des mots, plaisir des images. Plaisir de la recherche, patiemment, de livres en sites, pour trouver tout ce qui fait la matière de mes articles. Plaisir de partager, en silence ou avec quelques commentaires, même s'ils se font fait plutôt rares. Plaisir d'aider, de jeunes artistes ou jeunes marques, à démarrer, ou même des étudiants heureux de trouver quelques renseignements pour un exposé. Plaisir de la rencontre avec des lecteurs partageant les mêmes goûts.

Cinq ans de déconvenues aussi. De doutes parfois, quant à mon envie d'écrire, pour qui ? De manque de temps, souvent, car les recherches préliminaires peuvent être si longues, parce que je suis perfectionniste. Des problèmes de plagiat que je découvre au détour de recherches, avec des articles copiés-collés, sans référence à mon blog. L'évolution d'Overblog également, qui a bien compliqué la mise en forme des articles.

 

 

Aujourd'hui, de nouveaux projets ont mis en suspens mon assiduité au blog. Mon amour pour l'histoire m'a amené en effet à retourner sur les bancs virtuels de la fac, ce qui grignote encore mon emploi du temps, s'ajoutant à mon travail et à ma vie de famille. Mais je ne lache pas pour autant le blog, dont je renouvelle consciencieusement l'abonnement, et je réponds toujours avec plaisir aux commentaires. Et à l'occasion, je continuerai à pondre quelques articles !

J'ai en réserve plusieurs articles en chantier, mais ce sont de gros dossiers, ils attendent patiemment que je leur réserve du temps. Entre autres : la coiffure entre les deux guerres,et les dangers du blanchissement de la peau.

Sans doute mes études me donneront-elles quelques nouvelles idées d'article. Et si vous-même, fidèles lecteurs ou visiteurs de passage, souhaitez me proposer quelques bonnes idées ou souhaits, ils seront les bienvenus.

 

 

Cinq ans, ça mérite bien un petit bilan, non ?

Je me livre peu, alors je vous propose de me connaître un peu mieux via une petite interview que m'a proposé notre Gentleman préféré ici l'année dernière.

 

Depuis ses débuts, le blog a évolué, au départ centré sur la peau et ses soins, puis peu à peu, se tournant vers tout ce qui a trait aux femmes et à leur histoire.

Je vous propose maintenant ci-dessous un petit voyage rétrospectif dans mon blog à travers quelques images.

 

Des femmes qui prennent soin d'elles

 


 

 

 

 

 

 

 

 

Des femmes au quotidien

 

 

 

 

 

 

 

Des femmes qui ressentent

 

 

 

 

 

Des portraits de femmes

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Published by Cameline - dans J'aime
commenter cet article
3 juin 2015 3 03 /06 /juin /2015 16:52

 

J'ai découvert il y a peu George Hendrik Breitner, peintre néerlandais de la fin du XIXe siècle et début du XXeme, dont l'oeuvre était alors peu reconnue, à l'instar de son ami Van Gogh . Mais ce sont pas ses peintures qui m'ont le plus touchée, ce sont ses photographies.

 

Son travail photographique n'est connu que depuis 1961, date à laquelle plus de 2000 négatifs ont été donnés au RKD (Netherlands Institute for Art History).

Avec son petit appareil portatif, Breitner captait le quotidien de ses contemporains : essentiellement des scènes de rues, notamment à Amsterdam où il vécut, mais aussi des portraits, dont de très beaux nus. Il prenait ses photos au décours de promenades, ses sujets favoris étant les passants. Ces derniers remarquent à peine le photographe, peu habitués à voir ces petits appareils, ce qui confère aux portraits une grande spontanéité.

Si ses clichés rappellent ses tableaux, ils sont loin d'en être seulement les supports. Son style résolument moderne se situe à l'encontre de celui des photographes de son temps. On peut dire qu'il est le premier à utiliser de manière artistique la technique de l'instantané, le « snapshot », même si sa préoccupation première n'est pas la perfection technique.

Contrastant avec les photographies habituelles de l'époque, ses clichés sont empreints de vie et de mouvement. Ils ne représentent ni des rues dépeuplées, ni des personnages posant solennellement, effets des longues poses nécessitées par les techniques photographiques sur pied, plus habituels alors. Loin des portraits solennels, les personnages n'ont pas sorti leurs habits du dimanche, leurs vêtements sont ceux du quotidien. Les contre-jours sont délibérés, le jeu des lumières et des ombres créent l'intensité.

A travers l'oeil de l'artiste, partons maintenant en promenade, tout droit vers la Belle Epoque.

 

Scènes de rue : portraits volés

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nus féminins : dans le silence des alcôves

 

 

 

 

 

 

 

Sources :

RKD

RK Monographs

Hyperallergic

Rotterdam Info

BlogArts

La petite mélancolie

Cat in the Bubble

 

George Hendrik Breitner

Rendez-vous sur Hellocoton !
Published by Cameline - dans Artistes
commenter cet article
19 janvier 2015 1 19 /01 /janvier /2015 18:34

 

Merry-Widow---Lillian-Bassman.jpg

 

En 1955, la marque de lingerie Warner's présente son « Merry Widow » (« veuve joyeuse »), en même temps que la sortie du film du même nom avec Lana Turner.

 

Inspiration glamour des années 1950 : le Merry Widow

 

C'est une version souple du corset, combinant gaine élastique et soutien-gorge à armature. Il répond parfaitement à la mode des années 1950, soulignant une taille fine et dévoilant les épaules. Ce modèle, si parfaitement adapté à la silhouette en vogue dans les années 1950, connut un grand succès.

 

warner___s---merry-widow-1955.jpg

 

Warner-Merry-Widow.jpg

 

Merry-Widow-by-Warner-s-1956-copie-1.jpg

 

Warner-s-Merry-Widow-advertisement--1952.jpg

 

Destiné à être porté sous les robes de soirée, il est présenté tel quel dans les publicités, comme un vêtement à part entière, ses jarretelles retombant sur la jupe.

Je vous suggère aujourd'hui de le porter de cette manière le temps d'une soirée, en une variante plus actuelle, un clin d'oeil au corset créé par Jean-Paul Gaultier, tout en vous inspirant du glamour et de l'élégance des années 1950.

 

Inspiration glamour des années 1950 : le Merry Widow

 

A vous maintenant, si l'idée vous en dit, de jouer avec corsets et bustiers, jupons plus ou moins longs, noirs, blancs ou colorés, contrastés ou unis. Le ton glamour sera complété par une coiffure simple dégageant le cou et les épaules, un bijou raffiné, des bas et des chaussures bien choisies.

 

Warner-Merry-Widow1953.jpg

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

 

Sources :

Published by Cameline - dans Fifties
commenter cet article
14 janvier 2015 3 14 /01 /janvier /2015 16:54
Migration ...

Et voilà, j'ai sauté le pas : je suis passée du côté du nouvel Over Blog. Cette opération a pris quelques jours, et au final, je retrouve avec soulagement le design de mon "ancienne" version, avec toutefois quelques bugs, dont la disparition de pas mal de liens vers mes blogs préférés. Mes catégories se sont elles aussi envolées ... je vais tenter de les retrouver, et passer un peu de temps pour apprivoiser la nouvelle plateforme, avant de pouvoir pondre un nouvel article, avec des photos bien centrées ...

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Published by Cameline
commenter cet article
24 décembre 2014 3 24 /12 /décembre /2014 11:21

 Robe-Callot.png

 

Robe-du-soir-1921-3.png

"Ce grand motif de perles rouges et de diamants enrichit d'une note vive un côté de la ceinture de perles rouges de cette très étroite robe du soir en crêpe Georgette noir"


Robe-du-soir-2-decembre-1921.png

 

Robe-1921-2.png

"Cette tunique très ornée en charmeuse noire brodée de bleu terne et d'or s'harmonise délicieusement avec une jupe en drap kasha bleu". Modèle de Callot.

 

Robe-1921--copie-2.png

"Ce velours chiffon suggère à Callot l'heureuse idée d'illuminer pour ainsi dire cette robe droite par deux panneaux en dentelle d'or teinte d'une belle couleur flamme. La dentelle est retenue devant par une boucle d'ambre".

 

Robe-du-soir-decembre-1921-1.png

"Voici une délicieuse symphonie due à la maîtrise de Callot : des chaînes de jais qui bruissent et étincelllent, de la charmeuse noire ceinturée de dentelle d'or et une délicieuse traîne en charmeuse et dentelle qui part des épaules"

 

Robe-1921-3.png

"Cette simple robe de crêpe a une triple personnalité. Tantôt elle s'orne d'une énorme frange, tantôt d'une ceinture roulée avec des panneaux plissés, tantôt d'une tunique et de manches en dentelles".

 

Decembre-1921-coiffure.png

"Bandeau de feuilles de laurier laquées parsemées de strass. Les épaules sont légèrement voilées."

 

Perles-1921.png"Rien n'est plus joli que la tête haute laissant le cou se dessiner dans toute la pureté de sa ligne droite, et cette nouvelle manière de laisser retomber par derrière de lourds esclavages de perles est le plus sûr moyen d'atteindre ce but"

 

Perles-2-1921.png

"Cette brune jeune femme couronnée de perles fines semble quelque statue égyptienne dans l'encadrement de ses retombées de perles qui partent de bouquets de petites roses placées de chaque côté au-dessus des oreilles"

 

Ceinture-1921.png

"Les ceintures n'ont jamais été plus importantes qu'à présent. Cette ceinture donne de l'élégance et de la gaîté à une robe simple noire unie."

 

Eventail.png

"Reflet du ciel ou de la mer dans cet espace de tulle blanc entièrement recouvert de paillettes vertes et qu'idéalisent encore davantage les branches de laque verte, souples comme des roseaux balancés par la brise d'automne au bord de l'étang glauque et profond"

 

Couverture-Vogue-decembre-1921-par-Benito.png

 

Source : Vogue, Paris, décembre 1921 (gallica.bnf.fr, Bibliothèque nationale de France


Rendez-vous sur Hellocoton !

Published by Cameline - dans Les années folles
commenter cet article