Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : Le blog de Cameline
  • Le blog de Cameline
  • : Un blog sur les femmes et la féminité, sur leur beauté et leur histoire .... Un blog aux petits soins pour la peau, aux petits soins pour soi.
  • Contact

Rechercher

Retrouvez cameline surHellocoton

Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs

Les blogs 2016 qui inspirent les femmes actives
28 janvier 2011 5 28 /01 /janvier /2011 13:10

 

sbdriverone.jpg

 

Je suis tombée par hasard dans une salle d'attente sur un article du Harper's Bazaar de ce mois, qui m'a inspiré l'idée de ce billet.

 

Le magazine reprend sous le titre "The importance of beauty" une citation de Manolo Blahnik, styliste espagnol :


"We need to devote time to stopping and staring at beautiful things, which are sometimes the most obvious and simple - like beautiful flowers. Since life is so much quicker now, and so instant, we often miss out on those kinds of experiences. But without beauty it is impossible to live".


"Nous devons prendre le temps de faire une pause pour regarder les belles choses, lesquelles sont souvent les plus évidentes et les plus simples - comme par exemple le spectacle de belles fleurs. Depuis que la vie est devenue si rapide, si instantanée, nous ratons trop souvent ce genre d'expériences. Or sans la beauté il est impossible de vivre."


Cet extrait exprime très simplement une vérité qui est aussi la mienne, à savoir que la beauté est essentielle, mais plutôt que chercher à tout prix à rechercher la beauté telle qu'on nous la dicte, il s'agit de découvrir, et de savourer, la beauté autour de nous.


Voilà alors le bonheur de prendre plaisir à percevoir cette beauté par tous nos sens : la chaleur du soleil sur notre peau, l'harmonie d'une courbe, l'éclat d'une couleur, la douceur d'un tissu, la limpidité de la mer, le bruit des vagues, le roucoulement d'un pigeon, une musique qui nous touche, l'éclat d'un rire, un sourire au regard pétillant ... petits riens ou grandes choses dont le nombre est illimité, et à la disposition de tous.


Ce peut-être la beauté d'un geste qui fait plaisir, l'attention et le respect dans le simple fait de retenir la porte derrière nous pour le suivant, une entraide spontanée quand nos courses s'étalent dans la rue.


Ou encore un moment où l'on est tout simplement assis à côté de quelqu'un qu'on aime.


Orange_Cat_Chillaxing_by_GoGoGodzirra.jpg

 

J'ai lu la semaine dernière le roman d'Amélie Nothomb, "Péplum", qui relate une conversation entre la narratrice et un homme du futur, d'un futur qui met à l'écart tout ce qui est censé être laid.


"Les laids ne sont pas admis. (...) il faut être beau pour faire partie de l'élite (...). Ce critère existe de toute éternité. Notre époque s'est contenté de rendre officiel ce qui ne l'était pas."


Hypothèse d'un devenir possible de notre société actuelle, où les canons de la beauté sont rois, omniprésents dans les médias et dans grand nombre de discours.

Alors paradoxalement nous sommes souvent incapables de savourer la beauté dans notre environnement quotidien.


Moscow_street_by_4otomax.jpg

Mais pour accéder à cette beauté, qui peut ne durer que quelques secondes, et pourtant nous remplir de joie pour un long moment, il suffit de quelques instants, pendant lesquelles on s'efforcera de regarder autour de nous, écouter les sons, sentir toutes les sensations que nous transmet notre corps : sentir l'air autour de nous, le contact de la chaise, ou du foulard sur notre peau. Pourquoi ne pas profiter des moments d'attente, ou des temps de transport ?


Une fois ces sensations explorées, nous pouvons nous mettre à l'affût de la beauté qui se trouve autour de nous, et faire provision de ces trésors. 

Apprenons à apprécier une ligne, une courbe, l'éclat d'un regard, une couleur ou un reflet, la limpidité de l'eau, la chaleur du soleil, à sentir la beauté d'une sensation ou du souffle du vent.


Nous devons nous réapproprier notre corps, être à l'écoute des signaux que nous envoient nos sens et que nous ignorons royalement.


La beauté est différemment perçue pour chacun. Prenons le temps de la voir et la regarder, de la savourer et y prendre plaisir.


horowitz-at-piano.jpg


Rendez-vous sur Hellocoton !

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Mélanie - dans La beauté
commenter cet article

commentaires

Aizen 30/01/2011 15:23


En fait, je pense que l'on se comprend, parce qu'on a peut-être des perceptions similaires quant à la notion de beauté... Le "temps perdu" que tu décris, c'est comme la respiration. Mais tu vois,
autant comme tu dis, on peut ne pas avoir à s'ennuyer dans une file d'attente parce qu'on a su s'occuper l'esprit avec des pensées tournée vers l'esthétisme, autant on peut faire de l'esthétisme un
moment d'introspection, de concentration ou de méditation. C'est ce que je ressens quand je fais de la calligraphie, de l'ikebana (avec ma mère) ou que je tente de me remémorer la silhouette de mon
grand père entrain de tailler ses bonzai...La réponse à l'appel de son âme se trouve dans la nature.
On se comprend étrangement n'est ce pas? ^^


Mélanie 30/01/2011 22:02



Je te comprends parfaitement. On dirait qu'on a  le même genre de sensibilité et de façon de voir le monde ...



Aizen 29/01/2011 18:20


Ma chère Mélanie, cela s'appelle la contemplation!...Je suis ravie que tu aies écrit là dessus. Je pense que si tu es sensible à toutes les choses que tu as décrite, alors tu pourras aisément
pratiquer le wabi-sabi.

Par contre, voir la beauté du monde dans les petites choses au quotidien, pouvoir avoir le courage de le faire même dans les situations les plus problématiques, où les périodes d'obstacles ou de
chagrins, n'est pas forcément aisé.

La preuve en est que souvent les gens ne retiennent que ce qui leur ont déplu plutôt que l'inverse. D'autres ne font que se plaindre au lieu d'avoir de la gratitude envers tout ce qu'ils ont déjà
obtenu pour réaliser leur bonheur.

La laideur malheureusement ne se cache pas non plus. Elle est aussi, étalée au grand jour et donc avoir un fort pouvoir d'abstraction ou de relativisme est nécessaire pour la transpercer, et passer
outre, si l'on ne veut pas être atteint.

Parfois, la "lumière" (dans tous les sens du terme) attire aussi les papillons de nuits. Ceux qui sont sous le feux des projecteurs sont jalousés, détestés. Les stars par exemple sont poursuivis
par les paparazzis jusque dans les moments les moins glorieux de leur vie intimes, pour être exposé honteusement au monde. Et après, les gens se jètent sur les magazines pour s'en délecter... Je
prend aussi l'exemple de certaines blogueuses mode très influentes, qui reçoivent quotidiennement des insultes, qui sont victimes de méchanceté gratuite...On dirait que ces gens là ne font que
répondre bêtement à leurs bas instincts, à des pulsions primaires en oubliant le contrôle de soi.
Parfois, et à tort, on pense que ce qui est laid est ce qui est différent de soi, de ce que l'on connait, de se que l'on a l'habitude de voir. Voilà comment on arrive à provoquer l'intolérance, le
racisme, la ségrégation, la haine...
Etre ouvert au monde, physiquement et par l'esprit, est comme tu l'as souligné, le moyen d'accéder à l'essence de beauté universelle. Il faut cependant ne jamais être pressé, car si on lui court
après, si on essaie de l'enfermer, elle disparaît.

Bises.


Mélanie 30/01/2011 11:53



Je viens de découvrir grâce à toi le concept de wabi-sabi, c'est un peu ça. Mais si j'aime la simplicité, si de petites choses sont capables de m'émerveiller, j'apprécie aussi la richesse de la
complexité, quand elle reste positive ... je ne sais pas si je suis claire.


Je suis d'accord avec toi, percevoir la beauté autour de soi est le plus souvent très difficile, même si en théorie ça peut paraître simple et évident. Mais parfois c'est justement par cet effort
que la vie peut prendre du sens et devenir plus belle, quand elle le paraît le moins. En tout cas  ça a été mon cas dans une période très difficile.


En effet ce n'est pas chose facile, et c'est un véritable entraînement au début, mais peu à peu on se rend compte que ces quelques instants nécessaires à une pause sont légion dans nos journées
pressées. Je citais ces moments dans une file d'attente, ou dans les transports en commun, mais ce ne sont que des exemples. Ces moments que l'on appelle "temps perdu" ne pourraient-ils pas être
utilisés à regarder enfin autour de soi ?


Mais il est vrai que les gens courent après un bonheur parfait et éternel, impossible, alors que les vrais instants de bonheur sont à portée de main autour d'eux.


Comme tu le dis si bien, la laideur est elle aussi présente partout, et quand on est suffisamment sensible pour ressentir la beauté, on est tout aussi sensible à la laideur, qui est réllement le
mieux représentée dans l'intolérance, la haine, le racisme ...


Faire la part de ce qui est vraiment important ou ne l'est pas n'est malheureusement pas facile pour tous, et tant de gens se gâchent la vie et se plaignent à longueur de temps pour des
futilités, reprochant aux autres leurs différences. Ce sont les mêmes personnes qui critiqueront ce qu'ils appellent notre manque de sérieux, et notre capacité de s'amuser d'un rien.


Merci Aizen pour ce commentaire qui complète à merveille mes réflexions. Et gougouuuuuuuuuuuuuuuuuuuu !!!! :*)