Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : Le blog de Cameline
  • Le blog de Cameline
  • : Un blog sur les femmes et la féminité, sur leur beauté et leur histoire .... Un blog aux petits soins pour la peau, aux petits soins pour soi.
  • Contact

Rechercher

Retrouvez cameline surHellocoton

Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs

Les blogs 2016 qui inspirent les femmes actives
30 novembre 2010 2 30 /11 /novembre /2010 23:10

1783-vigeeMarie_Antoinette_in_Muslin_dress-copie-1.jpg

 

 

Le maquillage et la parure sont des signes particuliers à la richesse. A Versailles, ces signes sont d'autant plus accentués, le rouge plus vif, la coiffure plus élevée, les robes et bijoux plus sophistiqués.


"Toutes les femmes étaient poudrées. C'était l'époque des coiffures monumentales, folie du goût français. Marie-Antoinette adoptait la mode plus qu'elle ne la dirigeait. Le soir, elle ne portait pas les poufs extravagants qu'on lui construisait sur la tête. Mais ses plumes de bal étaient juchées sur des échafaudages de cheveux." (1)

 

Lettre à l'impératrice Marie-Thérèse, écrite le 13 juin 1776 :

"Il en est de la coiffure pour les femmes comme de tous les articles de l'habillement et de la parure, excepté le rouge que les personnes âgées conservent ici, et souvent même un peu plus fort que les jeunes. Sur tout le reste, après quarante-cinq ans, on porte des couleurs moins vives et moins voyantes ; les robes ont des formes moins ajustées et moins légères ; les cheveux sont moins frisés et la coiffure moins élevée."(2)

  boites-copie-1.jpg


 

Fard et maquillage :

 

 Le rouge appliqué sur les lèvres pouvaient contenir des  produits toxiques comme le plomb ou le mercure, qui empoisonnaient les femmes qui en usaient.

Marie-Antoinette se fournissait en rouge chez Mademoiselle Martin (Rose Bertin) bien que parfois, c'est son parfumeur, Fargeon, qui lui en procurait. Ce dernier proposait neuf nuances de rouge à base de carmin, dont la recette de base est composée de carmin, de talc pulvérisé, dont la quantité rendra le rouge plus ou moins clair, d'huile d'olive et de gomme d'adragant.


Cérat de Galien (pommade pour les lèvres) :

"Prenez huit onces d'huile de rosat et une once de cire blanche ; faites fondre dans un vase de verre ; agitez avec une spatule de bois. laissez refroidir et lavez bien avec de l'eau claire." (3)

 

Autre pommade pour les lèvres :

"Prenez Cire jaune, deux onces et demie, huile d'Amandes douces, quatre onces, on fait fondre la cire dans l'huile ; on laisse refroidir le mélange, il acquiert un degré de consistance considérable ; on râcle légèrement la Pommade avec une spatule, et elle se ramollit beaucoup, on la met à mesure dans un mortier de marbre ; lorsqu'on l'a toute raclée, on l'agite dans le mortier avec un pilon de bois, pour faire disparoître une infinité de petits grumeaux, qui proviennent de ce qu'on l'a ratissée un peu trop brusquement, on serre la Pommade dans un pot.

Elle est adoucissante, bonne pour les gerçures, pour les crevasses des mains et du sein, et pour adoucir la peau."(4)

 

Avant de se farder, l'élégante commence par frotter sa figure avec une eau de nénuphar, de fraise ou de lis, ou encore au moyen d'"éponge préparée pour le visage".


Huile pour nettoyer la peau :

"Prenez une pinte de Crème, jettez dedans les fleurs de Nénuphar, de Lis, de Fèves, de     Roses ; faîtes bouillir le tout au bain-marie ; il en sortira une huile que vous conserverez dans une phiole et que vous exposerez au serein pendant quelques temps."(4)


Eponges préparées pour le visage :

"Laissez tremper quelque temps dans l'eau les plus belles et les plus fines éponges que vous trouvere, lavez-les bien, faites-les sécher, et remettez les tremper dans de l'Eau-de-vie du matin au soir ; ensuite exprimez-les, et faites encore tremperdans de l'Eau-de-vie, laissez-les sécher. Et enfin pour la dernière fois faites-les encore tremper dans de l'Eau de fleurs d'Orange, environ onze à douze heures. Lorsqu'elles seront exprimées et sèches, elles seront parfaites pour laver le visage."(4)

 

Puis elle applique des fards blancs et rouges sur les joues avec des pinceaux.

Les Dames de la Cour étaient abondamment fardées, comme laquées, au moyen du blanc, afin d'obtenir une blancheur d'albâtre. Parfois, un léger trait noir cernait les yeux, et les cils et sourcils étaient brossés et pommadés.

La pose de "mouches" complète alors l'ornement du visage. Ces petites pastilles de taffetas gommé servent d'abord à camoufler les imperfections, notamment celles dues à la petite vérole, mais aussi à faire ressortir la blancheur de la peau. Le plus souvent rondes, elles peuvent aussi prendre la forme d'étoile, de fleur, de lune, ou parfois être ornées de petits diamants.

 

La-toilette---de-Lucius-ROSSI.jpg

 

Cosmétiques :

 

Jean-Louis Fargeon, "maître gantier-parfumeur", préparait également des cosmétiques afin d'embellir l'éclat de la beauté et réparer les torts de l'âge ou de la nature.

Marie-Antoinette aimait prendre soin de son teint. "L'Eau cosmétique de pigeon nettoyait la peau, l'Eau des charmes faite avec les larmes de la vigne qui coule en mai, la tonifiait. L'eau d'ange la blanchissait en purifiant le teint (...). Elle enduisait ses mains de la Pâte royale qui  en maintenait la douceur et prévenait des gerçures. Elle adorait les pommades à la rose, à la vanille, à la frangipane, à la tubéreuse, à l'oeillet, au jasmin, aux mille-fleurs. Pour le bain, elle usait de savonnettes aux herbes, à l'ambre, à la bergamote ou au pot-pourri, et pour maintenir l'éclat des ses dents, elle commandait des poudres et des opiats."(5)

 

Sur les "toilettes", pièces de tissu parfumées posé sur une table, l'attirail des cosmétiques se déployait devant la femme coquette : "poudres et essences contenues dans des boîtes de porcelaine, d'agate, de métal précieux et dans de petits flacons piriformes de cristal de roche, de verre ambré, d'or ou d'argent émaillé".(1)

 

Pendant longtemps les traités de parfumerie évoquaient non seulement les moyens de se  parfumer, mais aussi d'entretenir un visage lisse au teint éclatant, des mains douces et blanches, une bouche à l'haleine parfumée. Antoine Dejean, dans son "Traité des odeurs" en 1764, précise qu'"il ne suffit pas aux parfumeurs de flatter le sens de l'odorat, il faut qu'ils conservent la beauté de la peau, surtout celle du visage, pour lui rendre tout le lustre qu'il doit avoir".(6)

Le "lait virginal" surtout est utilisé à cet effet. On trouve aussi des "bandeaux pour le front" et des "cornettes de nuit", coupées dans une toile préalablement imbibée d'eau de rose et enduite de pommade faite "de graisse de chevreau, de porc ou de pied-de-mouton, de cire et d'huile de courge"(7). En agissant toute la nuit, ils adoucissent la peau et la nourrissent, et préviennent les rides.

 

Buchoz.jpg

 

Lait virginal, propre pour nettoyer la peau :  

"Prenez parties égales de Benjoin et de Storax. Laissez fondre dans suffisante quantité d'esprit de vin, qui prendra une couleur rougeâtre, et qui exhalera alors une odeur très-suave. Quelques personnes y ajputent un peu de Baume de la Mecque. Versez-en quelques gouttes dans de l'Eau Commune bien claire ; elle blanchira aussitôt en l'agitant ; les Dames s'en servent avec succès pour se nettoyer le visage."(4)

 

Eau de beauté :   

"Prenez égale quantité d'Eau d'Argentine et de Rhubarbe, et sur chaque demi-livre ajoutez deux gros de sel Ammoniac. On en met avec une plume ou un pinceau trois ou quatre fois par jour, sur les rougeurs ou sur les dartres."(4)

 

Eau de la Fontaine de Jouvence : 

"Prenez une once de Souffre vif, deux onces d'Oliban et de Myrrhe, six gros d'Ambre, une livre d'Eau de Rose ; faites distiller le tout au bain-marie, et vous lavez avec cette Eau le soir avant de vous coucher. Le lendemain matin lavez-vous avec la seconde d'Eau d'Orge, votre visage paroîtra rajeuni.

On prétend aussi que l'Eau distillée des pommes de Pin toutes vertes, ôte les rides et rajeunit."(4)

 

On prépare des poudres ou des onguents pour prendre soin de ses mains, ou encore des "gants cosmétiques", gras et parfumés, à porter également la nuit.

Afin d'obtenir des dents blanches et une bonne haleine, il existe toutes sortes d'eaux, de poudres, d'opiats, pommades et pastilles. Et des eaux colorées en rouge à la cochenille sont destinées à rendre les gencives plus rouges, afin de faire ressortir la blancheur des dents.

 

Gants parfumés :

"Prenez une once de Storax liquide, une once de bois de Rose, autant d'Iris de Florence, et une demi-once de bois de Santal Citrin. Broyez bien le tout et joignez-y les terres qui doivent servir à colorer vos Gants, outre un peu de gomme. Versez ensuite de l'Eau de Rose et de fleurs d'Orange égale quantité, pour délayer cette composition, de laquelle vous chargerez vos Gants. Lorsqu'ils seront secs, frottez-les et les renfermez ; vous les passerez de nouveau avec une petite gomme, dans laquelle vous mêlerez un peu d'Iris de Florence en poudre, après quoi vous les redresserez et rendermerez pour une dernière fois, après les avoir laissé sécher.(4)

 

Pour nettoyer les dents et les gencives : 

"Prenez une once de Myrrhe bien pilée, deux cuillerées de Miel blanc du meilleur, et un peu de Sauge verte bien pulvérisée, et vous en frottez les dents soir et matin."(4)

 


Sources :

 

(1) "La Reine Marie-Antoinette", de Pierre de Nolhac, 1889

(2) "Lettres de Marie-Antoinette", publiées par Maxime de la Rocheterie et le Mis de Beaucourt, 1895-1896

(3) "L'art du parfumeur", de Jean-Louis Fargeon, 1801

(4) "Toilette de Flore, à l'usage des Dames", de Pierre Joseph Buc'hoz, 1771

(Dans cet ouvrage, Buc'hoz, médecin botaniste, donne de nombreuses recettes de beauté de l'époque. Marie-Antoinette le rencontra dans son jardin de Trianon, où il dessinait des plantes)   

(5) "Jean-Louis Fargeon, parfumeur de Marie-Antoinette", d'Elisabeth Feydeau, 2005, Editons Perrin

(6) "Traité des odeurs", d'Antoine Dejean, 1764

(7) "Le parfum des origines à nos jours", de Annick Le Guérer, 2005, Editions Odile Jacob

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Aizen 03/12/2010 00:04


"Le traité des odeurs"...XD
Quelles délicates intentions!...Hihi...Rose Bertin était, parait-il, une vraie coquette de chez coquette! Non seulement ses robes étaient magnifiques, mais je ne savais pas qu'elle faisait aussi du
maquillage...
pommade à la frangipane...miiiiiaaam!!! J'adore tes articles. ^^


Mélanie 03/12/2010 09:16



Frangipane, eau de fleurs d'oranger, ces recettes donnent envie d'en manger, ça me fait le même effet !