Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : Le blog de Cameline
  • Le blog de Cameline
  • : Un blog sur les femmes et la féminité, sur leur beauté et leur histoire .... Un blog aux petits soins pour la peau, aux petits soins pour soi.
  • Contact

Rechercher

Retrouvez cameline surHellocoton

Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs

Les blogs 2016 qui inspirent les femmes actives
25 septembre 2011 7 25 /09 /septembre /2011 22:08

 

 

 

Annex---Brooks--Louise_10.jpg

 

 

"Un fin visage casqué de cheveux noirs et lisses qu'illuminent deux grands yeux extraordinairement rieurs, un sourire étincelant sur une petite lèvre railleuse, du chic, une ligne d'une élégance exceptionnelle, tout cela dégageant un charme indéfinissable et prenant, telle est Louise Brooks, qui n'a qu'à apparaître pour crééer de la bonne humeur, de la joie ou de l'émotion."(1) 


 

sourire.jpg

 

C'est "une star considérée comme l'une des plus grandes beautés de toutes les temps". (4)

Avec sa coiffure unique, elle crée une mode qui sera imitée par les femmes du monde entier.

Son style incarne la beauté, la féminité et la passion. Libre et indépendante, elle refusait d'être considérée comme un objet.


 

Image-10.png


portrait-n-et-b-1.jpg

 

 

"Louise Brooks, plus que toute autre, est l'objet d'un véritable culte de la part des surréalistes.

Elle redéfinit les critères qui régissent l'éternel féminin sur les écrans du cinéma populaire de la fin des année 1920, en incarnant à l'écran une nouvelle configuration du féminin en vogue, celui de la garçonne.

A la suite de son film "Prix de beauté" (1930), elle lance la mode "à la Louise Brooks" qui s'affiche sur les devantures des coiffeurs parisiens.

La garçonne, en exhibant certaines caractéristiques vestimentaires et capillaires couramment associées au masculin, bouleverse certains repères traditionnels et transgresse le tabou de la différence sexuelle.

Louise Brooks, figure de proue de la femme androgyne, du travesti et parfois même de l'homosexualité, se cristallise dans l'imaginaire surréaliste et devient ainsi une des héroïnes les plus importantes du culte cinématographique surréaliste.

Louise Brooks, celle qui a été immédiament reconnue pour ses talents en Europe, celle qui s'est inscrite en pionnière de l'émancipation de la femme moderne des années 20 sur les écrans, doit ses années de succès aux surréalistes et au public du cinéma commercial français et européen."'(2)

 


LB-Ziegfields-Folies.jpg

 

"Les femmes opéraient une métamorphose dans la période de l'entre-deux-guerres.  Georg Wilhem Pabst a fait de l'image de Louise Brooks une forme cinématographique inoubliable. "Loulou" est souvent considéré comme un hymne à la sexualité libre, un cri de révolte contre toutes les oppressions, une échappée triomphante."(3)

 

BrooksLouise_-copie.jpg

 

Dans ses mémoires, "Loulou à Hollywood", Louise nous raconte comment, lors de ses premières années à New York en 1923 et 1924, elle a laborieusement façonné son style si particulier et si unique.

Je lui laisse maintenant la parole.

 

"Pour devenir une femme idéale, en 1922, il me fallait perdre mon accent du Kansas, singer les manières mondaines, apprendre à m'habiller avec goût. Je ne pouvais pas corriger mon accent dans une école chic, ni apprendre comment me tenir auprès de cavaliers gênés par mon infériorité sociale, ni me permettre les couturiers de la Cinquième Avenue. Aussi me suis-je éduquée auprès d'inconnus experts en la matière".(5)


 

cap057.jpg

 

 

"Mon instructeur d'anglais fut un jeune et distant garçon de comptoir du drugstore de Broadway dont j'aimais les glaces aux fruits. Après un mois de crèmes glacées, ce garçon avait sarclé mon vocabulaire de toute trace de mon terrible accent du Kansas.

"J'appris en observant les serveurs comment il fallait manger ce qui figurait au menu. Il y eut ainsi la soirée comment-ôter-les-arêtes-d'une-truite-de-rivière, la soirée comment-déguster-les-escargots, la soirée comment-effeuiller-les-artichauts, etc., jusqu'au bas du menu". 

 

A New-York, son amie Barbara Davies l'emmena chez Saveli, "un grand coiffeur qui s'occupa en personne de moi. Il ramena ma frange juste au-dessus des sourcils, et les côtés, en accroche-coeur autour des pommettes, me coupant les cheveux à la garçonne sur la nuque". 

 

"Barbara m'introduisit alors dans un groupe de financiers de Wall Street qui m'offrirent des toilettes. Les sommes extravagantes qu'ils donnaient aux jeunes filles pour leurs toilettes constituaient l'agrément de rivaliser entre eux pour celle qui remporterait le titre de la Mieux Habillée."

En 1924, "les acquisitions que j'effectuais toute seule se révélaient catastrophiques. Une vendeuse persuasive me faisait acheter n'importe quoi". 

 

"Les problèmes de toilette me préoccupaient. Je ne pouvais faire confiance aux vendeuses ordinaires, d'autre part ce qui convenait aux longilignes soeurs Benett (des amies de Louise) était ridicule sur mon corps de danseuse plutôt ramassé.

"Un soir, au théâtre, je vis dans le programme une photo de Marylin Miller, la vedette de Ziegfield, vêtue d'une étourdissante robe de chez Milgrim, un magasin de luxe alors situé dans Broadway à la 74eme rue. Je m'y rendis le matin suivant et remis cinq cent dollars en espèces à Miss Rita, une vendeuse originaire du Bronx qui n'avait jamais reçu un pareil aveu d'ignorance en matière de vêtements.

"Elle étudia avec attention mon visage, ma silhouette et mes mouvements tandis que je regardais défiler les mannequins. Ensuite elle choisit pour moi une robe recouverte de perles blanches tubulaires et un manteau du soir en lamé argent avec col en renard blanc. Miss Rita choisit des satins et des crêpes de Chine aux tons pastels pour mes toilettes d'après-midi.

"Mes ensembles sévères étaient coupés par Gus qui enfonçait des épingles dans ma chair quand je ne ne restais pas immobile à l'essayage.

"Finalement, mon New York adoré paracheva une Louise Brooks ne représentant ni le Kansas, ni Broadway, ni Hollywood, ni Park Avenue, mais uniquement elle-même."(5)


 

1926tumblr_l1488iDvJv1qa8tz0o1_500.jpg


Annex---Brooks--Louise_37.jpg

 

tumblr_l6mmfnc7BX1qzh3cjo1_500.png


tumblr_kwcy1dhiWH1qacpb2o1_500.jpg

 

tumblr_lfoj7cvCli1qzh3cjo1_r1_500.png


brooks18-copie-1.jpg

 

 

A cette époque, Louise Brooks qui avait alors dix-huit-ans, se décrivait ainsi : "Mon insolence blasée n'était qu'un masque, et un maquillage décadent, blanc et noir à la Aubrey Beardsley, camouflait des taches de rousseur du Kansas." Et "l'audacieux décolleté de ma robe pailletée de nacre n'avait en fait pour but que de cacher mon puéril manque d'assurance."(5)


"Une femme élégante, même avec un porte-monnaie désespérément vide, peut conquérir le monde." Louise Brooks

Annex---Brooks--Louise_29.jpg

Annex---Brooks--Louise_31.jpg

 

 

Sources :

 

(1) Raymond Villette, dans "Les Dimanches de la femme", décembre 1929

(2) Le cinéma des surréalistes, par Henri Béhar, 2004, Ed. L'Age d'homme

(3) Don Quichotte au XXe siècle, par Danielle Perrot, Presses Univ Blaise Pascal, 2003

(4) William Shawn, auteur de l'introduction à "Loulou à Hollywood"

(5) Louise Brooks dans "Loulou à Hollywood"

 


Rendez-vous sur Hellocoton !

Partager cet article

Repost 0
Published by Mélanie - dans Femmes
commenter cet article

commentaires

MsOriginalDoll 06/10/2011 19:00


J'adore vraiment les articles que tu as fais sur Mrs Brooks. Pourras-tu en faire d'autres sur d'autres personnages féminins importants dans le thème de ton blog bien sûr ?


Mélanie 07/10/2011 21:31



C'est prévu ! Je suis d'ailleurs preneuse de nouvelles idées ...



beauty in the city 26/09/2011 16:05


si belle, féminine et glamour, elle est incontestablement l'une des icônes des années 20, ton article me donne très envie de trouver une bio sur louise brooks, tu en as une à me conseiller ?


Mélanie 26/09/2011 19:11



Icône des années 20, j'ai l'impression qu'elle demeurera une icône féminine intemporelle. J'ai vraiment découvert Louise Brooks avec mes recherches pour ce billet. "Loulou à Hollywood" est ma
seule trouvaille jusque là, mais je craquerai sur un autre bouquin sur elle dès que je tombe dessus. Par contre, je conseille vivement le film Loulou qui est une merveille. Merci pour ta visite !



Gentleman W. 26/09/2011 14:22


MERCI MERCI MERCI
Pour cet hommage vibrant à cette grande femme d'esprit, de résistance à la société de "consommation de la beauté" des femmes.

Elle fût, elle reste un modèle sublime.

Une coupe de cheveux que j 'adore,
Une assurance charmeuse dans le regard que je déguste.


Mélanie 26/09/2011 19:06



Avec plaisir Gentleman. Merci pour cette visite !


 



Baf 26/09/2011 08:53


Mais pas n'importe quel visage, je le trouve absolument fascinant !


Mélanie 26/09/2011 18:52



Fascinante oui !



ll 26/09/2011 05:27


beautiful!http://www.tradebuybag.com/


Mélanie 26/09/2011 18:56



Thanks !



Aizen 26/09/2011 00:17


Elle est si belle...mais elle dégage à la fois quelque chose de magnétique...de mystérieux...l'essence même du féminin! J'aime!


Mélanie 26/09/2011 00:24



Tu as raison, elle est terrible !



Juliette blog féminin 25/09/2011 23:24


C'est vrai qu'elle est belle, très féminine et elle a l'air pleine d'assurance sur les photos !


Mélanie 25/09/2011 23:49



Tout à fait !