Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : Le blog de Cameline
  • Le blog de Cameline
  • : Un blog sur les femmes et la féminité, sur leur beauté et leur histoire .... Un blog aux petits soins pour la peau, aux petits soins pour soi.
  • Contact

Rechercher

Retrouvez cameline surHellocoton

Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs

Les blogs 2016 qui inspirent les femmes actives
8 février 2011 2 08 /02 /février /2011 00:10

 

21 février 1914 :  élection de la Reine des Reines à Paris


reines.highres.jpg

 

 

Marcelle Guillot, la Reine des Reines :


reine-des-reines.highres.jpg

 

 

 

Election_Reine_des_Reines_1914-copie-1.jpg

Le Petit Journal, 22 février 1914 :

 

La Reine des Reines de la prochaine Mi-Carême a été élue hier soir.

 

Hier soir a eu lieu, à la salle des fêtes de la mairie du Xe arrondissement, l'élection de la Reine des Reines de la Mi-Carême.

Huit concurrentes briguaient les suffrages, et après deux jours de scrutin fort animés, c'est Mlle Marcelle Guillot, une charmante couturière de dix-huit ans, demeurant avec sa mère, 30 rue de Brancion, qui se voit remettre le sceptre suprême.

Mlle Guillot avait été précédément élue reine de la Lyre d'Or.

M. Chassaigne-Goyon, président du Conseil Municipal, a ceint la nouvelle souveraine de son écharpe aux couleurs de la Ville de Paris et lui a donné l'accolade.

 

En 1914, Le Gaulois   écrit à propos des Reines :

N'ont-elles pas un réel mérite, toutes ces jeunes filles que le Comité prend à l'atelier ou au magasin, qui ne sont jamais sorties de leur milieu, et qui savent se montrer dignes du rôle momentané qui leur est échu et ne pas se laisser éblouir par les honneurs dont elles sont l'objet ?
Cette courte royauté n'est pas sans quelque profit. Chaque année le Comité attribue à l'élue (la Reine des Reines) un livret de caisse d'épargne de deux cents francs; couturiers, modistes, fourreurs, commerçants s'empressent de lui donner robes, chapeaux, manteaux et autres objets de toilette; partout où passe la Reine elle reçoit des bijoux ou des cadeaux de prix. Tout compte fait, cela représente une somme variant de huit à dix mille francs, qui constitue une petite dot et permet aux Reines descendues du pouvoir de se marier et s'établir. Et c'est très bien ainsi, car toutes sont des jeunes filles méritantes, choisies après une rigoureuse enquête, travailleuses, honnêtes et tout à fait dignes de cette chance inespérée, comme le démontre leur simple et touchante histoire que nous venons de raconter.

Source : Wikipédia, sur lequel vous pourrez lire un article très instructif sur la fête des femmes de Paris à la Mi-Carême au depuis le XVIIIe siècle.

 

19 mars 1914, fêtes de la Mi-Carême : la reine des reines entourée des reines de Paris sur un char :


caremef1.highres.jpg

 

Source images : photographies de presse, Agence Rol (Gallica)

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Mélanie - dans A la Belle Epoque
commenter cet article

commentaires