Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

  • : Le blog de Cameline
  • Le blog de Cameline
  • : Un blog sur les femmes et la féminité, sur leur beauté et leur histoire .... Un blog aux petits soins pour la peau, aux petits soins pour soi.
  • Contact

Rechercher

Retrouvez cameline surHellocoton

Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs

Les blogs 2016 qui inspirent les femmes actives
22 novembre 2015 7 22 /11 /novembre /2015 22:02

 

 

"Panaches, aigrettes et rubans", sont les ornements favoris des modistes cet automne. Toutes les élégantes portent ces drôles de chapeaux qui rappellent les parures des oiseaux. Ce sont toutes sortes de chapeaux, souvent très amusants mais difficiles à porter. A moins qu'elles ne se contentent d'un petit chapeau de satin comme ci-dessus.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Source : Le Jardin des modes nouvelles, octobre 1913. Gallica

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
Published by Cameline - dans A la Belle Epoque
commenter cet article
30 octobre 2015 5 30 /10 /octobre /2015 23:14

Insidieusement, l'hiver approche. C'est comme s'il ne voulait pas se laisser deviner. L'hiver ronronne, en attendant qu'il nous saisisse sans pitié. L'hiver fait avec nous patte de velours.

 

Robe d'après-midi en velours de laine broché

 

Le velours, roi des tissus, se démocratise. Il sait prendre les aspects les plus captivants et les plus variés. Tantôt uni et moelleux comme le pelage d'un animal, il demeure dans les tons de fourrures - noir, fauve, marron, cuivre - qu'on aime par leur distinction. Tantôt parcouru de reliefs, frappé, ciselé, gaufré, il évoque par ses dessins les beaux brocarts et les damas d'autrefois.

 

Velours côtelés

 

Notre saison réserve toutes ses faveurs au velours côtelé. C'est un des velours les plus séduisants car, tout en possédant la souplesse soyeuse et la lourdeur majestueuse de ses frères. Il offre, en plus, le charme de la mobilité, dû aux ombres des côtes qui jouent dans la lumière. Ce charme agit particulièrement avec les teintes en vogue, qui sont délicates et tendres comme celles des feuilles d'automne. On ne voit en effet que gris fauve, vert-réséda très clair, ou, dans des tons plus soutenus, cuivre chaud, vert-épinard, acajou.

 

Velours de laine brochés

 

Les mêmes teintes se retrouvent dans les lainages, qui se combinent avec les velours de la façon la plus séduisante. Les plus nouveaux se font en jaune crème, en corail, et en rouge Andrinople. Mais l'innovation de cet automne consiste en ramages sombres qui courent délicatement sur le fond et donnent à ces tissus un aspect d'une grande distinction.

 

Costume de chasse en velours côtelé

 

Source (texte et images) : Gallica "Velours et lainages pour l'automne", article de Jeanne Fravel publié dans la revue "Jardin des modes nouvelles" le 15 octobre 1913.

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
Published by Cameline - dans A la Belle Epoque
commenter cet article
23 octobre 2015 5 23 /10 /octobre /2015 10:30

"Jeune fille en corset", Eugène Vidal, vers 1880

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !
Repost 0
Published by Cameline - dans A la Belle Epoque
commenter cet article
17 octobre 2014 5 17 /10 /octobre /2014 19:09

  Gibson-.png

 

1896. L'inquiétude plane parmi la gent masculine. Mais que craignent-ils donc ?

Ils sont tout simplement effrayés par les idées étranges qu'ont certaines femmes, de plus en plus nombreuses : celles de vouloir être libres, de pouvoir décider par elles-mêmes ...

 

 Gibson_What_He_Loves_14.jpg

 

"La femme affranchie, la femme égale de l'homme ne l'aimera plus, disent-ils, et l'homme, de son côté, ne se sentira aucune tendresse réelle, profonde, pour cet être nouveau, pour cette new woman, sorte d'androgyne hautaine, forte de sa liberté, de ce qu'elle nommera sa dignité ; pour cette créature à forme de femme toujours, avec son sexe éternel, mais dépouillée de son antique grâce de faiblesse (magie du sourire qui provoque, implore, boude, du regard dardé sur l'oeil du mâle en muet appel magnétique ou voilé d'attirant émoi, crainte, pudeur, humide enfin de joie naïve aux premiers aveux troublants du désir désiré, espéré).

Ces messieurs continuent : - L'instruction de la femme, partout répandue peu à peu, s'élevant à la plus haute culture chez une élite de plus en plus nombreuse, les carrières jusqu'en ces derniers temps réservées au Masculin, ouvertes au Féminin qui déjà les entrouvre et qui s'apprête à s'y ruer pour une âpre concurrence, d'ailleurs pleine de menaces économiques ; la femme médecin, la femme avocat, la femme ingénieur, architecte, notaire, etc … Voyez-vous le pauvre Eros avec ses flèches parmi ce combat des sexes rivaux, ennemis pour l'argent, pour la clientèle, pour la célébrité, parmi ces diplômes, ces dossiers d'affaires, ces discussions techniques où l'homme, dans sa partenaire, aura l'illusion d'un autre homme devant lui, où la femme oubliera elle-même qu'elle est femme, ravie de ne plus le paraître ?"

 

 

 

Source :

L'avenir de l'amour, par Léopold Lacour. Article publié dans Gil Blas en octobre 1896

(gallica.bnf.fr Bibliothèque Nationale de France)

Images de Charles Dana Gibson


Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
Published by Cameline - dans A la Belle Epoque
commenter cet article
15 septembre 2014 1 15 /09 /septembre /2014 19:39

Gilberte-Sergy-1904.png

Portrait de Gilberte Sergy, par Clemens von Pausinger, 1904 (1855-1938)

 

gilberte-sergy-1903.png

Gilberte Sergy en robe de soirée Paquin, 1903

 

Gilberte-Sergy-1903-2.png

Gilberte Sergy en manteau Paquin, 1903

 

 

 

Source : Les modes : revue mensuelle illustrée des arts décoratifs appliqués à la femme (gallica.bnf.fr, Bibliothèque nationale de France)

Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
Published by Cameline - dans A la Belle Epoque
commenter cet article
12 juillet 2014 6 12 /07 /juillet /2014 11:38

  1fcb7f1fe0a003f8ab709147ded26d17.jpg

 

 

Je vous ai présenté la Gibson Girl dans mon précédent article, et vous avez pu admirer son style si particulier.

Sa silhouette est reconnaissable : grande et élancée, sculpturale. Modelée par le corset en S à la mode de l'époque, elle a une taille extrêmement fine et en même temps des formes pulpeuses.


600full-charles-dana-gibson2.jpg

 

C'est une beauté à la fois moderne pour l'époque et romantique, toujours très féminine, élégante et raffinée.

Sa garde-robe se compose, aux côtés de robes luxueuses pour le soir, de tenues plus simples et pratiques, plus proches du style des hommes du XIXeme siècle que de celui des femmes.

 

Gibson-girl-1.jpg


600full-charles-dana-gibson31.jpg

 

600full-charles-dana-gibson41.jpg

 

600full-charles-dana-gibson35.jpg

 

600full-charles-dana-gibson36.jpg

 

Sa tenue emblématique si caractéristique est l'association d'un chemisier et d'une jupe longue.

Le chemisier est alors un vêtement d'un type nouveau, une variante féminine et décontractée de la chemise d'homme. C'est le « shirt-waist blouse ». Il présente un col raide et montant, ses manches sont droites ou en forme « gigot », fermé sur le devant ou à l'arrière par des boutons, et parfois en bas du dos par un lacet. Il est rentré dans la ceinture de la jupe, et peut être porté sans veste.

La jupe qui l'accompagne, longue et ajustée, est de coupe simple et fluide. Elle comporte une légère tournure, ou pas de tournure du tout.

1906_jun_tucked.JPG

Chemisier et jupe (The Delineator, juin 1906) via Vintage Victorian

 

White-damask-blouse-c.1900--linen-skirt-c.1900---Kent-State.jpg(Kent State Museum)

 

1904-Ad.jpg

 

La Gibson Girl porte selon l'occasion un grand chapeau à plumes ou un canotier. Elle sort parfois sans chapeau et sans veste, ce qui était alors inhabituel.

Parfois, elle met une cravate, variante de celle des hommes.

 

600full-charles-dana-gibson22.jpg

 

Gibson_What_He_Loves_7.jpg

 

Ses chaussures sont confortables pour marcher. Ce sont soit des derby à larges lacets et à bouts étroits, les « Gibson shoes ». soit des souliers à boutons, très en vogue au début du XXeme siècle, elles aussi inspirées de la mode masculine, avec ses deux couleurs et sa forme Richelieu. Mais malgré ces détails empruntés aux hommes, les talons préservent la féminité de ces chaussures.

 

Gibson-Shoe.jpg

via Shoes : What every woman should know, par Stéphanie Pedersen – Editions David & Charles, 2005

 

englishbuttonboots_batashoemuseum.jpg

Chaussures à boutons (Bata Shoe Museum) 

 

Gibson-girl-shoe--The-Daily-Miami-Metropolis---23-janv.-190.jpg

 

Sa coiffure aussi est caractéristique. Ses cheveux longs sont relevés en un large chignon souple, dont le volume est exagéré par des postiches. Selon la circonstance, le chignon peut être sophistiqué ou laisser échapper négligemment quelques mèches.

 

600full-charles-dana-gibson37.jpg

 

Gibson-Girl-Social-Ladder-0012.jpg

 

600full-charles-dana-gibson20

 

600full-charles-dana-gibson19-copie-1.jpg

 

Pour obtenir cette coiffure, les mèches sont ramenés au-dessus du front, avant d'être enroulées en hauteur, souvent sur un « rat », sorte de postiche fait de cheveux et de crin de cheval, qu'elles fabriquaient parfois elles-mêmes en récupérant les cheveux laissés tous les jours sur la brosse (voir ici).

 

600full-charles-dana-gibson21-copie-1.jpg

 

Liens sur la coiffure Gibson Girl :

 

 

 

 

 

Un autre exemple en photos ici ou en illustrations d'époque et ici et  

 

 

001.jpg

 

 

Pour en savoir plus, visitez le site très complet The Gibson Girl's Guide to Glamor :

The-Gibson-Girl-s-guide-to-Glamor.png

 

 

 

 

 

 

 

 

Quelques sites pour trouver des vêtements et accesssoires :

Polyvore

Polyvore-Gibson-Girl.png

 

American Duchess

Gibs-pre-order-website-banner.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et enfin, quelques trésors destinés aux mains couturières :

 

Une jupe via Your Wardrobe Unlock'd

Delineator_Nov_1898_pg559.jpg

 

Deux chemisiers via Real Historical Patterns ici et :

Real-Historical-patterns---Shirtwaist.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sources et liens :

Discomposing the Altitude of my Puffs ! ici

Fashionable people, questionable things   

The Victorian Era, Gibson Girl Style via HelloGiggles

Edwardian fashion : The Gibson Girl via Glamour Daze

Gibson girl gown via Frolickling Frocks

 

Sources images :

Pierangelo blog ici

Andressa Pacheco via Listal 

Carlylehold via Flickr

University of Wisconsin Digital Collections

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
Published by Cameline - dans A la Belle Epoque
commenter cet article
11 juillet 2014 5 11 /07 /juillet /2014 22:44

 

600full-charles-dana-gibson50.jpg  

 

Connaissez-vous la Gibson Girl ?

Symbole de la jeune Américaine en 1900, idéal de beauté féminine de son temps, elle eut un succès sans précédent durant une vingtaine d'années, depuis sa création en 1890 jusqu'aux années 1910.


 

6.jpg


L'histoire de la Gibson Girl commence en 1887 dans le magazine Life, sous la plume de l'illustrateur Charles Dana Gibson.

 

charles-dana-gibson.jpg

Charles Dana Gibson

 

A travers ses dessins, il dépeint et critique la société de son temps. Il capte l'esprit de son époque, et crée une image qui à la fois reflète les aspirations des femmes américaines et incarne ce qu'il imagine de la femme idéale.

L'illustrateur décrit avec sa Gibson Girl, une silhouette et un style, si caractéristiques des tendances de cette période, mais aussi, et surtout, certaines attitudes nouvelles chez la femme.

 

Gibson-Girl-.jpg

 

Gibson décrit ainsi un nouveau modèle de femme, né après la Guerre de Sécession, une femme dont les rôles se diversifiaient, partageant avec les hommes des activités typiquement masculines jusque-là, une femme plus indépendante, qui a sa propre individualité (1).

 

 

968full-charles-dana-gibson8.jpg

 

Everything-in-the-World-that-Money-Can-Buy---Gibson-1901.jpg

 

gibson-a-word-to-the-wise-granger.jpg

 

 

C'est une femme proche de la New Woman, image d'un idéal féministe de la fin du XIXeme siècle, qui prônait l'indépendance vis-à-vis des hommes, tant au niveau économique que sexuel.

Les femmes de ce mouvement étaient engagées politiquement. Souvent elles ne se mariaient pas ni n'avaient d'enfants, car en se mariant les femmes perdaient alors leurs droits au profit de leur mari.

Elles ne voulaient plus sacrifier leur propre plaisir ni  se soumettre à la volonté d'un mari.

 

Self-Portrait--As-a-New-Woman---1896--Frances-Benjamin-John.jpg

The New Woman

 

Mais malgré la récupération de l'image de la Gibson Girl par les féministes les plus radicales qui la voyaient comme le symbole de la New Woman, le personnage de Gibson en reste éloigné par de nombreux aspects.

La Gibson Girl ressemble à la New Woman, mais contrairement à cette dernière, elle demeure toujours très féminine.

Elle conserve des bonnes relations avec les hommes, et n'est pas contre le mariage, elle symbolise plutôt une sorte de conciliation entre hommes et femmes. De plus, la Gibson Girl offre une image moins radicale, sa liberté et son indépendance restant relativement superficielles. Insouciante et décontractée, elle est aussi plus frivole, coquette. Elle ne participe à aucun mouvement politique et préfère faire passer en douceur les changements dans la vie des femmes.

 

  968full-charles-dana-gibson46.jpg

 

 

La Gibson Girl était donc un symbole plus acceptable de la femme moderne de son temps, une sorte de variante glamour et romantique du personnage de la New Woman.

C'est d'ailleurs là une des raisons de sa popularité : l'association de certaines caractéristiques de cette Nouvelle Femme – plus indépendante, plus assurée, plus libre dans ses décisions, plus audacieuse -, avec en même temps un style toujours extrêmement féminin, quelle que soit la situation.

 

 

The-Jury-Disagrees-1904.jpg

A-daughter-of-the-South---Gibson-1909.jpg

 

Elle représentait, par son caractère et son style si personnel, la femme américaine idéale, pour les Américains, et aux yeux du monde entier.

 

Certains la considèrent comme l'ancêtre de la pin-up, bien que sa personnalité soit complètement différente.

 

Of-course-there-are-mermaids---Gibson.jpg

 

 

Pour la première fois, on se trouve face à un objet de marketing qui sera repris sur toutes sortes de support, de la vaisselle aux éventails, en passant par les coussins et le papier peint. Elle fleurissait sur les couvertures des journaux les plus populaires, et était adorée autant des hommes que des femmes.

 

Wallpaper.jpg

 

Cover-Gibson-Girl.jpg

 

Un grand nombre de femmes souhaitaient lui ressembler, imitant son style, à défaut de pouvoir vivre sa vie.

 

Sorority-Alpha-Chi-Omega--1908.jpg

 

Women-bike-copie-1.jpg

 

Bien sûr, la Gibson Girl ne plaisait pas à tout le monde. Par son audace, son assurance, son indépendance, elle représentait une menace pour les plus conservateurs, qui craignaient que son influence ne perturbe l'équilibre d'une société à domination masculine, et que les femmes ne perdent leur charme.

Malgré tout, son influence fut profonde, et elle participa pleinement aux changements de l'image et des rôles de la femme de cette période.

 

The-New-Pupil---1906-Gibson.jpg

 

La Gibson Girl est loin du modèle traditionnel de la femme au XIXeme siècle, douce, serviable, docile, vertueuse, fragile, discrète, toute dévouée à son rôle de mère et d'épouse au sein de son foyer, et dépendante en tout de son époux.

 

600full-charles-dana-gibson9

 

Musique-Gibson.jpg

 

La Gibson Girl trouve ses activités hors de la maison, dont pour la plupart des activités de loisirs pour son propre plaisir. Parmi ces activités, elle aime jouer aux cartes, ou faire du sport, activités jusque-là réservées aux hommes. Elle aime aussi se rendre à l'Opéra, à un dîner chic ou un bal élégant.

 

 

Unlucky-at-Cards--Lucky-in-Love.---Gibson-1902-copie-1.jpg

 

 

Anywhere-along-the-coast---Gibson.jpg

 

 

Elle est intelligente, instruite, talentueuse, à l'aise dans toutes les circonstances.

D'autre part, pour la Gibson Girl, l'homme n'est plus seulement celui que l'on se doit de satisfaire et qui dicte les règles. Elle discute librement avec lui, partage des activités sur un plan amical, dans un contexte de respect mutuel. Il lui arrive même le bouder ou se moquer de lui.

 

Majority_of_Men-copie-1.jpg

 

968full-charles-dana-gibson13

 

Their-first-quarrel---Gibson.jpg

 

Mais, et c'est ce qui la différencie vraiment de la New Woman, bien qu'elle paraisse de prime abord indépendante et libre de faire ce qui lui plaît, son indépendance reste relativement superficielle.

 

Shocking---Gibson-1904.jpg

 

Pour créer son personnage, Charles Dana Gibson ne s'est pas inspiré d'un modèle unique. Il explique lui-même qu'il trouvait son inspiration parmi toutes les femmes, de toutes les catégories sociales.

 

Easter-Morning---From-the-Susceptible-Parson-s-Point-of-Vie.jpg

 

"Je ne me suis jamais posé consciemment pour travailler à créer un type spécifique de l'Américaine", expliquait Gibson à un journaliste. "Je l'ai vue dans les rues, je l'ai vue dans les théâtres, je l'ai vue dans les églises, je l'ai vue partout, et tout faire". Elle était vendeuse dans une boutique. Elle était une femme de la Haute Société se promenant sur la 5eme avenue à New York. Gibson s'était inspiré de dizaines de milliers d'Américaines"(2).

 

Pourtant, la Gibson Girl présente  souvent le même visage, dans lequel on reconnaît d'ailleurs une grande ressemblance avec celui de sa femme, Irene Langhorne. Celle-ci,  qu'il épousa en 1894, incarnait à ses yeux la femme parfaite, tant au niveau physique que de sa personnalité.

 

Irene-Langhorne.jpg

Irene Langhorne

 

Plus tard, on reconnaîtra dans ses portraits d'autres personnalités, comme la fameuse Evelyn Nesbit.

 

IH014349.jpg

Evelyn Nesbit

 

600full-charles-dana-gibson5.jpg

Evelyn Nesbit, à la chevelure en point d'interrogation. « Women : The Eternal Question » publié en 1905.

 

Camille Clifford, avec sa silhouette en sablier, fut également une des représentantes du style Gibson Girl.

 

Camille-Clifford.jpg

Camille Clifford

 

Le style de la Gibson Girl, si caractéristique, illustre le charme féminin et les tendances au tournant du siècle. Il est en même temps un modèle pour les femmes, influençant profondément la beauté et la mode.

Ses vêtements soulignaient ses formes, modelées par le corset, qui lui donnait une taille de guêpe et mettaient en valeur des hanches et une poitrine généreuses. Cette silhouette incarne un idéal de beauté plus sexualisé que celle, plus chaste, de l'époque victorienne puritaine.

 

Rival_beauties.jpg

 

Elle porte très souvent des vêtements plus simples et plus pratiques, des vêtements plus proches alors du style masculin que du costume traditionnel féminin. Malgré tout, son style reste élégant et féminin, plutôt décontracté ou sophistiqué selon les occasions.

 

Love_in_a_Garden_Gibson-copie-1.jpg

 

La tenue qui représente le mieux son style est l'association d'un chemisier et d'une longue jupe fluide. La Gibson Girl rendit populaire ce type de costumes en deux parties, à l'origine de l'industrie du prêt-à-porter, des vêtements fabriqués en série qui pouvaient s'acheter ensemble ou séparément. Ces vêtements, produits en une infinité de styles, permirent aux femmes des classes plus populaires d'accéder à la mode et d'imiter les femmes de la haute société.

 

1905 Print Shirtwaist Suits Dress Skirt Ralston Gown

 

Mais symbole appartenant à son temps, la popularité de la Gibson Girl décroît en premier lieu avec les changements vécus par les femmes avec la première Guerre Mondiale, puis avec l'arrivée de la « flapper », équivalente américaine de « la garçonne ». Une femme plus moderne, plus émancipée, au style et à la silhouette à l'opposé de la Gibson Girl.

Elle a malgré tout marqué durablement la culture américaine, et demeure encore aujourd'hui une des images les plus populaires aux Etats-Unis. Symbole de la femme de son temps, elle est la première icône à représenter l'Américaine à travers le monde.

 

A bientôt pour en savoir plus sur le style Gibson Girl ...

 

h079-gibsongirl

 

968full-charles-dana-gibson44.jpg

 

 

Sources :

(1) History Engine : Women's place in Post-Civil War Society

(2) Gibson Girls and Suffragists : Perceptions of Women from 1900 to 1918, par Catherine Gourley (Editions Twenty-First Century Books, 2008)

 

 

The « New Woman » Revised : Painting and Gender Politics on Fourteenth Street, par Ellen Wiley Todd – University of California Press, 1993

Beyond the Gibson Girl : Reimagining the American New Woman, 1895-1915, par Martha H.Patterson – University of Illinois Press, 2005

Discomposing the Altitude of my Puffs ! ici

Intimate Communities : Representation and Social Transformation in Women's College Fiction, 1895-1910, par Sherrie A. Inness – Popular Press, 1995

The Gibson Girls of the Gilded Age, via Return of Kings

Site Hoocherus Populus Virginiae

Pin-Up Grrrls : Feminism, Sexuality, Popular Culture, par Maria Elena Buszek – Duke University Press, 2006

Exposition American Beauties : Drawings from the Golden Age of Illustration 

As seen in Vogue : A Century of American Fashion in Advertising, par Daniel Delis Hill – Texas Tech University Press, 2007

I love the 1800 ici

Angels of Art : Women and Art in American Society, 1876-1914, par Bailey Van – Penn State Press, 2004

Girl on the Magazine Cover : The Origin of Visual Stereotypes in American Mass Media, par Carolyn L.Kitch – University of North Carolina Press, 2009

 

 

Sources images :

Pierangelo blog ici

Andressa Pacheco via Listal 

Carlylehold via Flickr

University of Wisconsin Digital Collections

 


Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
Published by Cameline - dans A la Belle Epoque
commenter cet article
5 juillet 2014 6 05 /07 /juillet /2014 22:15

Jacob--Delafon-et-Cie---1905.jpg

 

Cette jeune femme, absorbée à sa toilette, interromp brusquement son geste ... N'est-ce pas un ange qui l'observe de l'autre côté du miroir ? Cette gravure, dans tous ses détails, évoque les charmes de l'Art Nouveau, avec ses courbes douces, ses volutes fleuries, à la fois si simple et si raffiné ...

 

Mais auriez-vous deviné que ce dessin est issu d'un catalogue de lavabos, "un recueil de modèles ultra-modernes" ?

 

 

Source : Reproduction de l'illustration ornant la page de couverture du Catalogue illustré de la maison Jacob, Delafon & Cie - printemps 1905. Publiée dans Le Figaro-modes à la ville, aux théâtre, 15 mars 1905.

(gallica.bnf.fr Bibliothèque Nationale de France)

Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
Published by Cameline - dans A la Belle Epoque
commenter cet article
22 juin 2014 7 22 /06 /juin /2014 22:40

Costume-d-apres-midi---Felix-Fournery---1908---Les-Modes.jpg

 

 

Ce costume d'après-midi, en tissu anglais rayé gris et blanc, est composé d'une jupe longue et unie et d'une jaquette avec un col de velours ouverte sur une blouse chemisier à jabots de lingerie. Une longue écharpe, un manchon en renard et un grand chapeau de style à plumes complètent le tout.

 

 

Source : Les Modes, mars 1908 (gallica.bnf.fr Bibliothèque nationale de France)

Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
Published by Cameline - dans A la Belle Epoque
commenter cet article
24 mai 2014 6 24 /05 /mai /2014 20:00

Corset-Thylda-1908-copie-1.jpg

 

Corset-Thylda-2-1908-copie-1.jpg

 

Corset-Mystere-Mme-Guillot-1908.jpg

 

 

Source : Les Modes, décembre 1908 (gallica.bnf.fr Bibliothèque Nationale de France)

Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
Published by Cameline - dans A la Belle Epoque
commenter cet article