Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

  • : Le blog de Cameline
  • Le blog de Cameline
  • : Un blog sur les femmes et la féminité, sur leur beauté et leur histoire .... Un blog aux petits soins pour la peau, aux petits soins pour soi.
  • Contact

Rechercher

Retrouvez cameline surHellocoton

Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs

Les blogs 2016 qui inspirent les femmes actives
27 octobre 2011 4 27 /10 /octobre /2011 20:31

 

 

Supporter-le-froid-1-copie-2.jpg

 

 

Cette année l'hiver est venu directement après l'été ... un peu bizarre, mais il faut faire avec.

 

En tout cas, mes mains n'ont pas du tout apprécié : dartres, crevasses, craquellements, et j'en passe.

 

Du coup j'ai mis en place un plan d'attaque pour les remettre en état :

Crème au Calendula matin et soir.

Des gants quand je sors s'il fait froid.

Tout simplement.

 

Après ce plan d'attaque qui a été radical pour mes mimines, je suis passée au "plan d'entretien" :

Etalage consciencieux de ce qui reste sur le bout de mes doigts après application de ma crème pour le visage, matin et soir.

Et toujours les gants quand il fait froid.

 

Pour moi, ça marche bien.

 

Et vous, comment vos mains supportent-elles le froid ? Avez-vous un programme de secours perso ?

 

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
30 avril 2011 6 30 /04 /avril /2011 23:15

 

194783451ccbc69e2010536d3f51c970b-copie-1.jpg

 

A évoquer le soleil, on pense à sa lumière et sa chaleur qui embellissent nos journées et le monde autour de nous. 

Longtemps le soleil a été considéré par les médecins uniquement comme un élément bénéfique pour la santé, tant physique que morale, avec en conséquence une éducation hygiéniste fondée sur les bienfaits des bains de soleil et du grand air. Aujourd'hui, ces notions demeurent fortement ancrées dans les esprits, avec en outre une recherche du bronzage en tant que critère esthétique essentiel, constituant pratiquement un impératif social. 

Jusqu'au début du XXe siècle la peau diaphane était prisée, tandis qu'un peau hâlée était un signe distinctif des travailleurs au grand air des classes populaires. Puis, peu à peu, le bronzage est devenu à la mode, associé au développement des activités de loisir autrefois réservées aux plus aisés.

 

«Etre bronzé est un signe de bonne santé psychique, un attribut de la réussite et de l'aisance, l'habit d'un bonheur nouvellement conquis».(2)



 selectio_rd_1955_pub_02.jpgjantzen05-copie-1.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le soleil est essentiel à la vie, mais il ne faut pas oublier qu'il présente des dangers non négligeables.


Ses rayons ont des effets directs sur certaines molécules de la peau, à la fois bénéfiques et néfastes, à court terme mais aussi à long terme, sans que l'on s'en rende compte.

« Le coup de soleil, résultat d'une cascade d'événements aux échelles moléculaire, cellulaire et tissulaire, est aujourd'hui considéré comme assez représentatif de l'ensemble des conséquences de l'agression par les rayons UV. »(5)

Contrairement à ce qu'on a longtemps pensé, le bronzage ne constitue pas une protection. "C'est une cicatrice, pas un rempart". (Louis Dubertret, dermatologue)


De même, jusqu'à une période récente, on était persuadé que les rayons UVA  ne présentaient pas de danger, alors qu'ils sont responsables d'une augmentation du risque de cancer de la peau, d'atteintes occulaires et d'un vieillissement cutané prématuré.

 Les rayons UVB sont responsables des coups de soleil, tandis que les rayons UVA n'ont pas d'effet visible immédiat mais pénètrent la peau en profondeur. Les deux types de rayonnement ultraviolet présentent une augmentation du risque de cancer.


Depuis plusieurs années, les dermatologues tirent la sonnette d'alarme et dénoncent les dangers d'une exposition excessive au soleil et l'augmentation croissante des cancers de la peau.

Cependant, l'image positive du soleil demeure plus sûre et mieux fondée que les dangers qu'il recèle. Mais les campagnes sanitaires de prévention sont peu convaincantes face aux discours publicitaires des laboratoires pharmaceutiques et cosmétiques, ainsi qu'aux médias qui d'un côté signalent les risques liés au soleil, et d'un autre tiennent le bronzage comme un impératif esthétique.

 

En outre, l'industrie du bronzage attire dans les solariums de plus en plus de fidèles adeptes d'un teint bronzé tout au long de l'année. Mais croyant préparer leur peau au soleil, ils s'exposent au contraire à un risque multiplié de cancer de la peau.

On ne peut aujourd'hui nier les dangers des rayons UV artificiels, et il donc fortement déconseillé de s'y exposer dans un but esthétique. Et pourtant "l'industrie du bronzage nie en bloc tout lien entre bronzage artificiel et cancer de la peau, et avance l'argument qu'une déficience en vitamine D peut causer cancer et autres pathologies chroniques".(6)

 

8_by_Supermalade-deviantart.jpg

 

 

Nous devons apprendre  à conjuguer le plaisir qu'il nous apporte avec notre précieux capital santé, à profiter sans risque de ses bienfaits.

Le premier pas est de prendre conscience clairement que "si l'exposition au soleil entraîne le bronzage, elle peut aussi engendrer le cancer de la peau", car le lien entre soleil et cancer est aujourd'hui largement démontré. (2)

 

 

Grace-Kelly14-copie-1.jpg

 

Quelques précautions simples doivent être adoptées pour bien se protéger du soleil, en gardant à l'esprit que la crème solaire ne suffit pas. En effet les recherches ont montré les limites de cette dernière, et la protection solaire idéale qui prémunit de l'ensemble des dégâts du soleil reste à découvrir. Cependant, la suppression de l'exposition solaire n'est guère envisageable, aussi je vous présente ci-dessous quatre précautions à suivre pour y pallier.

 

Quand se protéger ?

A chaque fois que l'on se trouve exposé au soleil : au cours d'une balade ou d'une visite, à l'occasion d'un pique-nique, lors d'une activité sportive ou au travail, en ville comme à la mer ou à la montagne (en haute altitude d'ailleurs, les rayons sont plus intenses, car l'atmosphère protectrice est plus fine), et pas seulement quand on se dore sur la plage dans le but délibéré de bronzer.

 

 

Les 4 précautions essentielles :

 

 

1. Les heures où il faut éviter le soleil 


Eviter de s'exposer au soleil au moment  où il est le plus haut et émet les rayons les plus intenses et donc les plus dangereux, soit en France entre 12 et 16 heures en été. "La suppression de l'expositon directe reste la meilleure des protections lorsque le soleil est à son zénith". (5) 

 


 2. Rechercher l'ombre


Rechercher autant que possible les lieux ombragés, sans toutefois oublier l'effet de réverbération du soleil sur le sable, l'eau, le béton ou la neige, qui augmente l'intensité des rayons ultraviolets.

 

 

marilyn-monroe-hd33-copie-1.jpg3. Se protéger par les vêtements


La protection vestimentaire est la plus sûre, stoppant au mieux les rayons UV. On se couvrira donc avec les vêtements, un chapeau à larges bords d'au moins 7 cm, et on portera des lunettes de soleil. Cette protection sera complétée par l'application d'une crème solaire sur les parties découvertes.

De nouvelles fibres et traitements spécifiques des textiles en augmentent encore la capacité protectrice.

 

Mais il est évident que cette forme de protection "est loin de satisfaire les aspirations et les activités en termes de loisirs."(5)

 

 

4. Bien utiliser une crème solaire


L'utilisation d'une crème solaire est primordiale, mais elle doit cependant être considérée comme un complément aux autres formes de protection, pour protéger les zones découvertes du corps, car même la plus efficace ne filtre pas la totalité des ultraviolets. "L'écran total n'existe pas". Elle ne doit en aucun cas inciter à s'exposer plus longtemps. (3)

Pour tous ceux qui sont en quête d'un beau bronzage, la crème solaire n'est pas considérée comme un moyen de limiter les effets néfastes du soleil, mais constitue une manière de le rendre inoffensif, autorisant à s'exposer directement au soleil et à bronzer sans crainte. Mais c'est faux. 


Le produit solaire le plus performant sera efficace seulement s'il est correctement utilisé. Il faut également savoir que l'indice de protection UVA est toujours inférieur à l'indice UVB. La protection contre les UVB permet d'éviter le coup de soleil, mais elle supprime de ce fait le signal d'alarme qu'il constitue. On perd ainsi "la notion de danger des expositions alors que les lésions non directement visibles se constituent à bas bruit", ce qui incite à prolonger l'exposition au soleil, accentuant ainsi les effets des rayons UVA et UVB.  (5)


Il faut appliquer une couche suffisante de produit et l'étaler uniformément sur toutes les parties du corps qui ne sont pas couvertes par les vêtements, sans oublier les oreilles, la nuque, les mains et les pieds. Choisir de préférence une crème pour le visage, et un lait pour le corps. En renouveler régulièrement l'application en fonction des indications du fabricants, car son efficacité diminue avec la transpiration, les baignades, l'activité physique, et simplement avec les heures qui passent.


Le choix de la crème se fera en fonction de la sensibilité de la peau de chacun.

Christophe Bédane, dermatologue et cancérologue  explique dans son livre "Photodermatologie" (5) que des études ont montré que les utilisateurs adaptent automatiquement la quantité de produit appliquée à l'objectif d'être bronzé selon le niveau de protection de la crème solaire. C'est-à-dire que plus le FPS (*) est élevé, et moins la quantité de produit utilisée est suffisante, ce qui équivaut à une crème de protection beaucoup plus faible. "Ne paraît-il pas plus logique de se rapprocher en usage au mieux de la quantité qui a servi à qualifier le produit en termes d'efficacité supposée", quand on sait que "l'usage de FPS 12 est fait de manière plus pertinente que celui de SPF 40" ?


Pour une peau "normale", une protection de FPS 40 n'est justifiée que pour protéger du risque d'un coup de soleil intense, déclenché par une exposition lumineuse particulièrement riche en rayons UV, ce qui est le cas en haute altitude, surtout quand il y a de la neige. 


Pour les peaux les plus sensibles au soleil, la protection vestimentaire et la suppression des expositions solaires doivent être privilégiées, plutôt que l'utilisation des crèmes solaires de FPS élevé. Ces dernières seront conseillées pour les situations où les deux autres mesures ne sont pas possibles. 


Christophe Bédane propose une classification simplifiée des produits solaires, en tenant compte de la photosensibilité individuelle (classification de Fitzpatrick de 1995 **) et l'intensité du rayonnement UV :


  • Photoprotection minimale jusqu'à FPS 12.
  • Photoprotection moyenne pour un FPS de 15 à 25 (à partir de 15, le produit filtre les UVA).
  • Photoprotection élevée à partir d'un FPS de 25 avec photostabilité et résistance à l'eau.
  • Photoprotection extrême pour un FPS de 50 et plus pour toutes les conditions extrêmes, y compris les pathologies solaire.

 

sun_by_everestelle-deviantart.jpg

Setting_Sun_by_BellaStellaLuna-copie-1.jpg

 

 

* FPS : facteur de protection solaire remplaçant l'ancien IP (indice de protection)


 

** La classification de Fitzpatrick classe notre type de peau selon sa couleur et sa facilité de bronzage :

Type 1 - Peau blanche, très sensible. Brûle systématiquement, ne bronze jamais.

Type 2 - Peau blanche, très sensible. Brûle systématiquement, bronze parfois mais peu.

Type 3 - Peau blanche, sensible. Peu de coup de soleil, bronzage léger et uniforme.

Type 4 - Peau mate, modérément sensible. Peu de coups de soleil, bronze facilement.

Type 5 - Peau mate. Ne brûle pas, bronzage facile.

Type 6 - Peau noire, insensible. Aucun coup de soleil.

 

 

Sources :

  1. « Soleil et peaux : bénéfices, risques et prévention », collectif, 2002, Edition Masson

  2. « Les représentations associées au soleil et au bronzage : analyse sociologique », par Anne Gotman, sociologue et directrice de recherche au CNRS, juin 2007

  3. Recommandations de l'Institut National du Cancer

  4. La peau redécouverte, V. Olivier, L'Express, 16/08/2001

  5. Photodermatologie, par Christophe Bédane, cancérologue et dermatologue au CHU de Limoges (2008)

  6. The Lancet (Online February 15, 2011) Blog actualités Scientifiques-Médicales

 

Pour en savoir plus, lire les recommandations de l'Afssaps.


Au sujet des produits solaires, je vous invite à lire Marielea.

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

 

 

Repost 0
1 février 2011 2 01 /02 /février /2011 16:15

L'idée de ce billet m'est venue grâce au blog eczéma.asthme.allergie'sblog qui nous renvoie vers Premium Beauty News pour une interview de Marek Haftek, Directeur de Recherches au CNRS et spécialiste de la barrière épidermique et de ses dysfonctionnements.

Il nous présente ici un bilan des connaissances actuelles concernant les agressions subies par la peau et ses capacités de protection et de défense, ainsi que le rôle que peuvent jouer les cosmétiques dans ce domaine.

 

inserm_19531_peau2.jpg

 

"La surface cutanée constituant la barrière est composée des cellules « mortes », elle est le résultat de processus biologiques préprogrammés dans les cellules vivantes sous-jacentes. De nombreux dysfonctionnements sont susceptibles d’affecter ces processus complexes et d’aboutir à des perturbations et désagréments qui peuvent aller de la simple sécheresse cutanée, avec l’inconfort qui lui est associé, à des allergies sérieuses à différentes substances, en passant par des rougeurs ou des desquamations inesthétiques. Les cosmétiques vont essayer de corriger les conséquences de ces dysfonctionnements, par exemple en apportant des lipides qui vont s’intégrer à la couche cornée, en renforçant son hydratation, afin de la rendre plus souple, améliorant ainsi son aspect et procurant davantage de confort."

 

'On peut aller encore plus loin. C’est pourquoi nous étudions aussi le processus de pénétration des produits, cosmétiques ou pharmaceutiques, en essayant de cibler le passage de certaines molécules permettant de garantir le bon fonctionnement de la peau."

 

L'exposition aux UV "agit aussi sur l’état de la peau, mais de manière différente. En effet, l’une des fonctions importantes du stratum corneum est de protéger les tissus sous-jacents des radiations ultraviolettes. La couche cornée absorbe environ 70 % des UVB, mais le reste traverse et peut infliger des dommages importants. Sans parler des UVA et des infrarouges qui pénètrent beaucoup plus profondément et agissent sur le derme."

 

'Le principal enjeu scientifique est de mieux comprendre les interactions entre les différents éléments qui concourent à la production et au fonctionnement de la barrière cutanée. On a une bonne idée du rôle de chaque élément, mais on ne voit pas bien comment la modification de l’un d’eux interagit sur les autres pour aboutir à la fonction finale correcte. Un mécanisme aussi important pour la survie de l’individu ne peut pas dépendre d’un seul élément ! La défaillance d’un maillon peut moduler la fonction mais ne devrait pas l’abolir."

 

Après ces extraits, je vous invite à lire cette interview pour en apprendre plus sur ces processus et sur les perspectives qu'offre la recherche scientifique.

 

Source image : Inserm

Repost 0
8 novembre 2010 1 08 /11 /novembre /2010 09:03

 

2face-moisturizer-natural-de.jpg

La recherche et les techniques dans le domaine de la lutte anti-âge n'ont jamais été aussi développés et efficaces que de nos jours.

 

Traitements au laser, injections de Botox, injections de collagène, de micro-implants, injections d'acide hyaluronique, dermabrasion, autant de techniques de médecine esthétique qui sont efficaces mais sources d'effets secondaires et parfois de complications, et qui devront être renouvelées régulièrement.

De même, la chirurgie esthétique permet d'obtenir les résultats que l'on connaît, mais outre le fait qu'elle comporte les risques de l'anesthésie générale, elle peut également être source de complications.

Les risques valent-ils la peine d'être pris, alors qu'il s'agit de s'embellir ? Dans tous les cas, ces méthodes ne font en fait que retarder l'échéance. 

 

Les produits cosmétiques anti-âge sont nettement plus chers que les autres. Est-ce parce qu'ils sont nettement plus efficaces ?

Un grand nombre de dermatologues dénoncent l'inexistence d'efficacité directe sur les rides de la plupart des composants actifs dits anti-rides des crèmes. Seuls certains produits, les rétinoïdes et les acides de fruits, sont reconnus pour réduire temporairement rides et ridules.

Les "effets visibles" des autres produits ne seraient réellement liées qu'à une amélioration du relief cutané due à l'hydratation de la peau. Les effets annoncés par les fabricants et dans la publicité ne seraient donc souvent que mensonges, car loins des effets spectaculaires promis.

Des études objectives, indépendantes des fabriquants, telle que celle réalisée en 2009 sur les crèmes anti-rides par Consumer Reports en association avec Que Choisir en France, ont révélé que même les crèmes le plus performantes, qui sont d'ailleurs loin d'être les plus chères, ne diminuent la profondeur des rides que de manière très limitée, et les effets ne sont pratiquement pas visibles à l'oeil nu. Les agents actifs pouvant avoir une certaine efficacité sont par ailleurs présent à des doses trop faibles pour être efficaces, sachant que le principal composant des cosmétiques, l'excipient, est composé d'eau, d'huile, de cires et émulsifiants.

   

Les rétinoïdes :

 

Les rétinoïdes sont des dérivés de la vitamine A.

Actuellement, seule la vitamine A acide (trétinoïne ou acide rétinoïque) a une efficacité anti-rides démontrée scientifiquement, s'opposant à l'effet néfaste des rayons UV sur la peau. Elle favorise le renouvellement cellulaire cutané, et l'augmentation des fibres de collagène et d'élastine.

A la base traitement de l'acné, il s'agit d'un médicament, qui ne peut être utilisé que sur prescription médicale.

La vitamine A acide s'applique en cures, sous forme de crème de 0,05% à 1%.

L'amélioration commence à se manifester au bout de deux à six mois d'application, et le maximum d'efficacité s'observe après six à douze mois. Son efficacité est démontrée sur les ridules, la rugosité de la peau et les taches pigmentaires. Mais elle possède des effets secondaires, tels des rougeurs, une irritation ou un déssèchement sévère de la peau.De plus, les rétinoïdes ne doivent pas être appliqués pendant la grossesse.

Les autres rétinoïdes (rétinol et rétilnaldéhyde) retrouvés dans la composition de produits en vente libre, n'ont pas d'efficacité comparable à celle de la vitamine A acide, mais is ne présentent pas ses effets secondaires.

Le rétinol est la molécule naturelle de la vitamine A. Il pénètre mal dans la peau, est instable et facilement détruit par les UV et l'eau, et son efficacité en application sur la peau est incertaine. De plus, compte tenu de sa toxicité élevée, les quantités trouvées dans les crèmes en vente libre sont faibles.

Le rétilnaldéhyde est un intermédiaire entre le rétinol et la vitamine A acide. Ses effets pourraient se rappocher de ceux de la vitamine A acide, sans en présenter les inconvénients.

 

Les produits à base d'acides de fruits, ou AHA :

 

Ce sont des molécules issues de certains fruits, de la canne à sucre ou du lait, aux effets multiples, dont l'action chimique permet d'améliorer  les altérations de la peau dues au soleil et son aspect.

Les AHA entrent dans la composition de nombreux cosmétiques, pour leur effet exfoliant, c'est-à-dire qu'ils favorisent l'élimination des cellules mortes. 

A des concentrations élevées (de 25 à 70%), les acides de fruits sont utilisés par le dermatologue sous forme de peeling. Leur effet est significatif, mais très irritant.  Par des transformations chimiques, ils augmentent la souplesse et l'élasticité de la peau, hydratent et gomment l'épiderme en favorisant l'exfoliation et en conséquence le renouvellement cellulaire. La peau est alors plus douce, plus lisse et plus lumineuse. Le relief des rides est atténué et le teint éclairci. Toutefois, ils agiront sur les ridules, mais en aucun cas sur les rides profondes.

Pour obtenir un effet perceptible, les cosmétiques aux AHA auront des concentrations comprises entre 4 et 15%. Ils sont vendus en pharmacie et parapharmacie. 

Les concentrations plus faibles (de 2 à 5%), moins irritantes, auront un effet hydratant et exfoliant, mais pas d'efficacité réelle sur le vieillissement cutané.

Les cosmétiques aux acides de fruits seront utilisés en cures de quelques mois, leur effet n'étant pas visible tout de suite. Ils seront à manier avec précaution, avec le conseil d'un dermatologue ou du pharmacien, en commençant un jour sur deux, et on ne poursuivra pas l'application si les signes d'irritation se prolongent au-delà de quelques jours.

Plus la concentration en acides de fruits est élevée, plus l'efficacité est marquée. De même, pour qu'un produit à base de AHA soit efficace, il devra être suffisamment acide (pH de 2 à 4).

Mais plus il sera acide, et plus il sera concentré en AHA, plus le risque d'irritation sera élevé, avec échauffement, rougeurs, picotements et démangeaisons.

Les peaux grasses et mixtes, bien humectées en sébum et naturellement plus épaisses que les peaux sèches, tolèreront mieux les AHA.

 

Les antioxydants, ou antiradicalaires :

 

Il s'agit essentiellement de la vitamine C (acide ascorbique) et de la vitamine E (alpha-tocophérol).

Dans l'organisme, ils travaillent en synergie. Leur combinaison est donc plus efficace que chacun séparément.

Notre organisme produit naturellement des antioxydants, et notre alimentation nous en apporte. De ces deux manières, ils sont efficaces par leur capacité de lutter contre les radicaux libres, mais leur efficacité en application sur la peau reste à prouver.

La vitamine C aurait une efficacité sur les rides superficielles, en améliorant la surface de la peau altérée et en la protégeant des effets des UV. Cependant, elle demande une stabilisation particulière et son efficacité est incertaine en application locale.

La vitamine E est également d'une efficacité hypothétique, d'autant plus qu'elle est rapidement détruite par les rayons UV et présente une faible diffusion à travers la peau. Ont peut donc douter de son efficacité en application cutanée.

Les antooxydants sont par définition des substances qui sont destinées au sein des cosmétiques à assurer leur conservation, les préservant de l'oxydation et du rancissement.

Leur efficacité sur la peau a été démontrée chez l'animal, mais elle reste à prouver chez l'homme, les études n'ayant pas été concluantes jusque là.

Cependant, il apparaît dans certaines études que l'application cutanée prolongée (dix-huit mois) d'une association d'antioxydants pourrait réduire les signes de vieillissement photo-induit, en termes d'épaississement de la peau, de perte d'élasticité cutanée et d'apparition des rides.

A ce jour, une alimentation équilibrée, riche en fruits et légumes frais variés au quotidien, évite les carences en antioxydant et reste en conséquence le meilleur moyen de lutter contre les effets des radicaux libres.

Par ailleurs, on se méfiera des supplémentations en antioxydants, leur consommation en grande quantité n'étant pas assurée d'être inoffensive.  

 

L'utilisation d'hormones, notamment de DHEA, est interdite, et les substances utilisées sont donc d'origine végétale, dont on peut douter de la similitude de leurs effets.

 

De nouveaux produits contenant du botox ou de l'acide hyaluronique, habituellement utilisés en injection en médecine esthétique pour combler les rides, n'ont en aucun cas des effets comparables à ce type de traitement.

En effet, l'acide hyaluronique dans une crème n'atteint pas le derme, il n'agit donc qu'en surface en attirant l'eau et  améliore ainsi l'hydratation des couches superficielles de la peau. 

De la même manière, le botox n'aura aucune efficacité en crème, puisque son action sur le muscle dans lequel il est injecté.

   

Quel cosmétique utiliser pour un effet anti-âge ?

 

Pour retarder ou atténuer les marques du temps sur la peau, on utilisera des soins adaptés. Le recours aux produits de beauté est essentiel pour préserver la peau d'un vieillissement prématuré ou accentué.

Cependant, on ne doit pas négliger la prévention, car les meilleurs cosmétiques ne pourront que très partiellement agir sur les dégâts causés par un mode de vie néfaste pour la peau.

Les cosmétiques peuvent posséder une action anti-rides, cependant elle ne portera pas sur les rides profondes et ancrées. Ils seront efficaces sur l'aspect fripé et parfois légèrement craquelé de la peau, ainsi que sur les ridules, grâce à un effet lissant et repulpant qui, bien que temporaire, rendra la peau plus claire et plus lumineuse.

Car les crèmes ne peuvent avoir qu'une action superficielle, les produits vendus en vente libre n'étant de toute façon pas autorisés à agir au niveau du derme, siège du processus du vieillissement, et ce type de produits n'appartiennent qu'au domaine médical.

 

Le pouvoir hydratant des crèmes anti-rides sera le facteur essentiel dans la lutte contre le veillissement de la peau.

Les formules hydratantes contribuent à maintenir une bonne hydratation cutanée, essentielle pour limiter l'apparition des rides et permettre un meilleur aspect de la peau. Ils atténuent les rides en donnant une meilleure apparence à la peau.

 

Un autre élément important des crèmes anti-rides sera un filtre ultra-violet, qui en protégeant la peau des effets néfastes du soleil et en en limitant les dommages, aura à terme un effet anti-rides réel.

En ce qui concerne la protection solaire, les produits devront être adaptés à notre type de peau et à l'altitude, et bien utilisés, selon les recommandations données par le fabriquant. On veillera de même à choisir un produit de qualité, de nombreux ingrédients de crèmes solaires étant aujourd'hui sur la sellette quant à leur innocuité.

 

Dès l'adolescence, la peau sera hydratée et protégée matin et soir. On veillera à utiliser des produits doux, une eau non calcaire pour le visage, afin d'éviter dessèchement et démangeaisons contribuant au viellissement prématuré de la peau.

La crème sera adaptée au type et à l'état de sa peau, ainsi qu'aux conditions climatiques (protection contre le froid, la sècheresse, le soleil).

 

Une fois que les signes sont visibles, on s'attachera à les atténuer.

Toute bonne crème hydratante, équilibrée en eau et en gras selon sa peau, aura un effet anti-âge. Par ses effets lissant et raffermissant, elle diminuera le relief des rides et l'aspect global de la peau. Son objectif principal sera d'améliorer le film hydro-lipidique, qui constitue la meilleure protection de la peau.

 

De même, on ne négligera pas les gommages exfoliants, qui contribueront en éliminant les cellules mortes, à apporter éclat et luminosité à la peau.

 

Pour une effet anti-rides visible et temporaire, les masques tenseurs seront utiles, qui bien que d'une efficacité éphémère,  conviendront très bien à l'occasion d'une soirée ou d'un événement..

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
3 novembre 2010 3 03 /11 /novembre /2010 11:10

 

 

Audrey Hepburn'

Même si on ne peut arrêter ni renverser le processus de vieillissement de la peau, il est toutefois possible de le ralentir.

Car il dépend en grande partie du mode de vie, et c'est sur ce dernier que l'on pourra agir, par des moyens à notre disposition et qui sont loin d'être aussi onéreux que les fontaines de Jouvence souvent proposées, plus néfastes qu'efficaces.

 

La première règle de prévention sera donc logiquement d'éviter autant que possible les facteurs d'agression de la peau qui accélèrent ce processus, ce qui sera le moyen le plus efficace dans sa prévention :

 

- On ne peut influer sur le vieillissement naturel, ni éviter le stress quotidien, mais on peut agir sur le veillissement dû au soleil. Car si la lumière est bénéfique, les bains de soleil excessifs sur la plage ou en solarium, sont dangereux. Par conséquent, on limitera l'exposition au soleil en évitant les séances de bronzage, et on utilisera toute l'année une bonne photoprotection. Mais celle-ci étant insuffisante, on s'habillera en conséquence, avec en particulier le port d'un chapeau.

- La consommation d'alcool sera modérée, en petite quantité.

- Eviter le tabac, facteur de viellissement cutané comparable au soleil.

- Gérer son stress au mieux.

- Compenser les déséquilibres hormonaux au moment de la ménopause, par l'utilisation d'hormones ou de phythormones et antioxydants, après avoir consulté un médecin.

- Eviter les excès de régimes amaigrissants.

 

De même on s'appliquera à suivre une bonne hygiène de vie :

 

- Respecter une quantité de sommeil suffisante.

- Avoir une alimentation équilibrée et diversifiée, afin qu'elle apporte à l'organisme les vitamines et minéraux dont elle a besoin. Les protéines seront variées (poisson, viande et oeuf), etn'oubliera pas les acides gras essentiels (que l'on trouve dans les huiles végétales et le poisson, leur apport étant équilibré si on utilise l'huile de colza dans la cuisine, à compléter avec de l'huile d'olive ou de noix, cette dernière ne devant pas être cuite). Veiller à manger suffisamment de fruits et légumes (cinq portions par jour, une portion correspondant à peu près à la grosseur de son poing), et de réduire, sans les supprimer, les aliments riches en graisses et en sucres (surtout les graisses animales : viande grasse, beurre, crème, lait entier ; et les sucres : sucre et confiture, sodas et confiseries, pâtisseries et viennoiseries). De plus, il ne faut pas manger en quantités exagérées, au-delà de sa faim.

- Boire suffisamment d'eau, un à deux litres selon sa soif, pour une bonne hydratation interne, indispensable pour lutter contre les altérations que peut subir la peau avec le temps.

- Activité physique régulière, telle que la marche dans un environnement non pollué, qui en favorisant la circulation sanguine, va contribuer à conserver un bon tonus musculaire et à favoriser la bonne oxygénation de la peau.

 

Suivre ces différents points est le meilleur moyen pour préserver la jeunesse de la peau, sans quoi les meilleurs produits ne seront d'aucune utilité, la peau se nourrissant de l'intérieur.

Un bon programme de soins cutanés aura alors des effets positifs pour préserver sa peau et atténuer les effets du vieillissement.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
1 novembre 2010 1 01 /11 /novembre /2010 18:00

pin-up-copie-2.jpg

Que faire contre ces belles petites taches qui se sont installées après l'été, d'abord sur le visage puis sur les mains. Elles sont bien jolies, oui, mais on n'a peut-être pas envie de les garder, non ? Alors il existe un bon truc à l'effet radical, à un prix imbattable, et qui va en prime nous faire une peau toute douce.

Le citron, tout simplement.


Quel citron ? Un citron frais, bio non traité de préférence.


Pourquoi le citron ? Parce qu'il a le don de faire disparaître les taches pigmentaires. Grâce à sa teneur en acide citrique, c'est un pur AHA, et de par sa richesse en vitamine C, c'est un très bon anti-oxydant. Et surtout ne vous privez pas de boire son jus (avec de l'eau chaude ou froide, avec un peu de miel ou nature), qui parmi ses nombreuses vertus, va contribuer à éclaircir le teint en favorisant l'élimination.


Comment ? Coupé en deux, après en avoir utilisé le jus (ou pas), frottez le en douceur sur la peau, puis en masser la peau, toujours doucement. Utilisé le matin, on le rince avant d'appliquer sa crème de jour, car le jus de citron est photosensible. Utilisé le soir, appliquez directement votre crème habituelle, sans rincer le citron. Ainsi, il agira toute la nuit.


Quand ? Tous les jours, le matin ou le soir, ou mieux, matin et soir.


Et les résultats ? J'ai testé moi-même, et j'avoue que j'avais un peu peur d'irriter ma peau. Alors, non seulement j'ai constaté un réel éclaircissement des taches et ma peau en est ressortie merveilleusement douce.


Combien de temps ? D'après ce que j'ai pu lire, on doit persévérer de quelques semaines à quelques mois pour que les taches disparaissent complètement.


Lemon_by_flookyrookie.jpg

En bonus : efficace sur les boutons d'acné (le citron est antiseptique et astringent), sur l'eczéma (avec de l'huile d'olive), c'est aussi un anti-rides (antioxydant). Et par la même occasion, avant de jeter votre citron, passez le sur les coudes et les genoux pour les adoucir (de la même façon, massez avec les mains jusqu'à ce que la peau soit sèche, afin de ne pas la déshydrater) et frottez vos ongles contre l'intérieur de l'écorce du citron (blanchit les ongles).

Ce truc devrait logiquement marcher sur les traces de nicotine sur les doigts. Si quelqu'un est volontaire, parlez-moi des résultats !


Et petit détail pratique : si vous souhaitez conserver le citron jusqu'au soir ou le lendemain, emballez le dans du film plastique ou mettez le dans une petite boîte.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
30 octobre 2010 6 30 /10 /octobre /2010 18:41

Comme promis voici un article concernant une étude faites sur des jumeaux à propos du vieillissement, comparant les effets du viellissement naturel et ceux dus aux facteurs externes, notamment le soleil et le tabac.

Je me contenterai de montrer deux paires de photos et et un lien, les images parlant d'elles-mêmes.

 

http://www.msnbc.msn.com/id/33385839/

 

sun-smoke-2.jpg

 

 

sun-smoke1.jpg

 

 

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
29 octobre 2010 5 29 /10 /octobre /2010 17:14

Sunstroke_by_girl_with_ermine-copie-1.jpg

 

Aux signes naturels de l'âge décrits dans l'article précédent, vont s'ajouter des dégradations supplémentaires de la peau dues aux soleil.

Tandis que les signes du vieillissement naturel de la peau s'observent sur les parties du corps généralement couvertes (rides fines d'expression, celles qui font perdre l'ovale du visage, affinement de la peau qui devient presque translucide), on voit apparaître des traces différentes sur les zones ayant été souvent exposées.

Contrairement à une peau qui a été peu exposée au soleil, la peau du front et des joues prend un aspect épais, et des rides profondes apparaissent. De plus, ces rides surviennent plus vite et vont s'étendre rapidement.

La peau prend un aspect terne, flétri et plus âgé, et les taches pigmentaires sont plus nombreuses.

 

On sait que le soleil est l'élément principal d'aggravation du viellissement naturel de la peau.

D'autre part, il faut savoir qu'en plus d'accélérer ce processus, il fait viellir la peau différemment, modifiant les structures de la peau et altérant ces cellules, ces dernières pouvant alors évoluer plus tard en cancer. Et ces phénomènes sont d'autant plus accentués par une accumulation de différents facteurs favorisant ce type de viellissement, notamment en favorisant l'oxydation par les radicaux libres.

Ces effets sont visibles à long terme, mais ils s'accumulent dès la petite enfance.

 

Afin d'illustrer les différences entre les deux formes du viellissement de la peau, lire les prochains articles concernant les études effectuées chez des jumeaux quant aux effets du soleil en excès et du tabac.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
27 octobre 2010 3 27 /10 /octobre /2010 10:40

Getting_Older____by_bartoszwozniak.jpgChez les bébés et les tout-petits, la peau a un grain très fin, elle est ferme, veloutée et rayonnante : voilà la peau idéale, celle qu'on voudrait tous avoir, mais elle n'appartient qu'à la jeunesse, car le temps qui passe imprime ses traces sur notre peau.

En effet, on assiste avec l'âge au ralentissement du renouvellement des cellules de la peau, avec pour conséquence la modification de ses structures, et donc une diminution de ses capacités naturelles de cicatrisation et de défense contre les agressions extérieures.

 

La peau se déshydrate et se dessèche, suite à la diminution de la sécrétion du sébum et de la sueur, ce qui appauvrit le film hydrolipidique et affaiblit ses fonctions protectrices.

Les cellules de la peau se renouvelant plus lentement, l'épiderme s'amincit et les cellules mortes s'accumulent. La peau semble alors devenir translucide.

La production de mélanine et donc la pigmentation vont se dérégler, avec un aspect de la peau moins homogène et l'apparition de taches pigmentaires. Ce plus, la protection anti-UV naturelle de la peau devient moins efficace.

La jonction entre le derme et l'épiderme s'aplatit, ce qui entraîne une moindre surface d'échange, et joue sur le passage de l'eau et des nutriments de l'un à l'autre.

Le derme, tissu de soutien de la peau perd de son épaisseur. Les fibres de collagène sont moins nombreuses et se détériorent, tandis que les fibres d'élastine se rigidifient et se cassent. La peau perd alors de sa souplesse et de son élasticité, les rides et ridules apparaissent. Vers la cinquantaine, ces fibres commencent à ne plus se renouveler, et aucun produit ne sera capable de les restaurer.

 

Peau à 6 mois, 30 ans, et 90 ans (images CNRS) :

 

Peau-CNRS-copie-1.jpg

 

De plus, les tissus de la peau sont de moins en moins bien vascularisés et moins oxygénés. La peau va devenir de plus en plus pâle.

La cicatrisation devient très lente, et les bleus apparaissent facilement.

De même on assiste à un relâchement et à une diminution de la fermeté, du fait d'une part de la détérioration des tissus de la peau et de la perte des graisses et des muscles situés en-dessous, et d'autre part de l'effet de la gravité.

 

Au final, la peau perd son éclat et sa luminosité, elle devient sèche et se marque de rides. Elle est rugueuse au toucher et donne une sensation inconfortable.

 

signes-de-l-age-2.jpgsignes de l'age 1

 

 

 

 

 

 

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
24 octobre 2010 7 24 /10 /octobre /2010 18:32

statue

Nous sommes tous inégaux face au vieillissement : certains vont paraître plus jeune que leur âge, d'autres plus âgés.

Non seulement on n'a pas tous la même "programmation" naturelle, mais d'autres éléments entrent aussi en jeu et vont accélérer ce processus.

 

Les dermatologues distinguent ainsi deux types de viellissement cutané, en faisant la distinction entre le vieillissement naturel biologique, essentiellement lié au facteur génétique (dit vieillissement intrinsèque ou chronologique), et le vieillissement lié aux facteurs de l'environnement externe (dit vieillissement extrinsèque ou héliodermie), essentiellement provoqué par le soleil.

 

Le vieillissement de la peau est au final le résultat de la conjonction de ces deux processus.

De plus, le vieillissement extrinsèque aggrave et accélère le vieillissement intrinsèque. C'est ainsi qu'au niveau des zones de la peau exposées de manière chronique au soleil (visage et cou, mains et avant-bras, jambes chez les femmes), les effets du premier se superposent à ceux du second.

 

Ce processus est lent, insidieux et irréversible, et on devra agir dès l'enfance par des moyens de prévention : d'une part en protégeant la peau des facteurs de l'environnement, d'autre part en évitant les comportements qui à long terme vont altérer l'état et la santé de la peau et accélérer la formation des rides.

Une personne qui a une bonne hygiène de vie, qui n'a pas fumé, et qui a surtout fait très attention au soleil, aura peu de rides dues aux facteurs environnementaux, et peu de cet aspect parcheminé que l'on peut voir apparaître plus ou moins tôt avec d'autres conditions de vie. 

Il ne tient donc qu'à nous d'agir sur les éléments qu'on peut maîtriser afin de limiter le vieillissement de notre peau.

 

 

sourireFacteurs liés au vieillissement intrinsèque : 

 

Le vieillisement intrinsèque trouve son origine dans le patrimoins génétique de chacun.

Il peut être aggravé par l'action des radicaux libres et les modifications hormonales.

Il correspond à des modifications physiologiques de l'organisme qui se produisent tout au long de la vie, et qui sont des modifications normales, universelles et génétiquement prédéterminées pour l'espèce humaine, variant d'un individu à l'autre. Ce processus de vieillissement naturel est lié au temps qui passe, et il touche l'ensemble des organes du corps.

Le vieillissement cutané chronologique commence vers une vingtaine d'années, mais c'est seulement quelques décennies plus tard que l'on peut commencer à en observer les traces sur la peau. Ces signes surviennent plus ou moins tôt selon son propre patrimoine génétique, mais un jour ou l'autre, toutes les peaux vieillissent.

 

La différence fondamentale entre le vieillissement cutané des femmes et celui des hommes trouve son origine dans les modifications hormonales liés à la ménopause.

En effet, on observe à cette période une chute brutale de la production des oestrogènes, primordiaux au renouvellement cellulaire de la peau, ainsi qu'au maintien du taux de collagène et de la sécrétion de sébum, et donc au final à une bonne hydratation.

 

 

5947247-md

Facteurs liés au vieillissement extrinsèque :

 

Le processus de vieillissement extrinsèque est causé principalement par les rayonnements ultraviolets du soleil, mais d'autres facteurs peuvent contribuer à l'accélération du vieillissement de la peau, tels que la cigarette, des mimiques faciales répétitives, l'effet de la gravité, une alimentation déséquilibrée, de même que les chocs thermiques avec le froid et la sècheresse, le chauffage et la climatisation.

Parmi tous les facteurs, le tabac et l'excès de soleil sont les plus néfastes, et leur association l'est d'autant plus, formant un duo d'enfer contre la santé et la beauté de la peau.

Tous ces éléments environnementaux répétés, en se conjuguant, constituent des agressions récurrentes de la peau et vont potentialiser les effets nocifs des rayons UV,  entraînant à la longue la perte de l'aspect sain et éclatant de la peau.

 

Nous produisons en permanence naturellement des radicaux libres, mais c'est leur quantité excessive ou la moindre capacité de notre organisme de les dégrader qui sont néfastes. Or, plus on vieillit, et plus les radicaux libres sont nombreux, et plus nos défenses anti-radicalaires diminuent. A ces phénomènes vont s'ajouter tous les facteurs externes d'agression qui favorisent la production de ces radicaux libres.

Au niveau de la peau, les radicaux libres vont devenir ses principaux ennemis, ils vont s'attaquer aux cellules saines et les endommager de manière définitive : il s'agit du stress oxydatif.

 

On ne peut ralentir le processus du vieillissement intrinsèque, mais on peut certainement influencer le processus de vieillissement de la peau. On peut dès lors limiter l'exposition aux facteurs extérieurs qui accélèrent le vieillissement de la peau. Les moyens les plus efficaces de lutter contre ce processus sont la protection renforcée contre les rayons ultraviolets, l'arrêt de la cigarette, et une alimentation équilibrée avec une consommation suffisante d'eau.

 

 

Le soleil et les rayons UV :

wrinkles-from-sun-rays-300x203.jpg

 

L'exposition solaire est le facteur externe prédominant d'accélération du  vieillissement de la peau. Bien que source de lumière et  d'énergie, le soleil représente une menace pour la santé de la peau.

L'importance des altérations qu'il entraîne dépendent de la durée, mais aussi de l'intensité et des conditions de l'exposition au soleil : altitude, latitude, saison, horaires, réflexion du sol, etc. De même elle dépend des mécanismes de protection et de réparation de l'organisme : épaisseur de la couche cornée, pigmentation par la mélanine, intégrité des systèmes de réparation de l'ADN, etc. Ainsi les personnes à la peau claires, qui sont les plus sensibles aux rayons UV, sont-elles celles qui sont le plus exposées au vieillissement cutané dû à l'environnement.

 

Les rayons ultraviolets ont une action directe sur l'ADN, mais ils agissent aussi par l'intermédiaire des radicaux libres.

Le bronzage tant recherché est loin d'être un signe de santé, mais une réaction de la peau révélant qu'elle a subi des dommages cellulaires profonds. Là est le paradoxe : les gens s'adonnent au bronzage pour des raisons esthétiques, alors que ce bronzage va justement avoir pour conséquence le vieillissement prématuré de la peau, avec en outre l'apparition de rides et de taches brunâtres.

Tandis que les rayons UVB provoquent au niveau de la surface de la peau rougeurs et coups de soleil, et à long terme un risque de cancer, les rayons UVA entraînent non seulement le bronzage attendu, mais surtout des dommages durables des fibres d'élastine et de collagène au niveau du derme.

Ces effets en profondeur ne sont pas visibles les premiers années, mais il s'accumulent peu à peu, et après quelques décennies, les signes deviennent soudain apparents et la peau se trouve marquée pratiquement du jour au lendemain.

Et plus elle va vieillir, plus la peau va souffrir des agressions du soleil. En premier lieu parce qu'elle sécrète de moins en moins de sébum, véritable écran naturel, ensuite parce que le nombre des mélanocytes responsables de la pigmentation de la peau et donc de son autoprotection, diminue.

 

Le tabac :

 

cigarette_love_2_by_slackrrbtchh.jpg

La cigarette est l'une des principales causes de viellissement prématuré de la peau et de l'apparition précoce des rides.

Le tabac est riche en substances nocives pour la peau, provoquant un teint gris et terne, et augmentant la rétention de sébum dans la peau, source d'acné.

De plus, il aggrave les effets des rayons UV en entraînant une diminution de la teneur en collagène au niveau du derme, et donc une altération des fibres élastiques, avec l'apparition des rides des fumeurs.

A l'arrêt du tabac, on peut observer une peau mieux oxygénée qui va retrouver son éclat.

 

La pollution :

 

Les agents polluants peuvent être des éléments organiques (bactéries, moisissures, allergènes), des gaz polluants, des solvants toxiques, des polluants environnementaux (ozone), ou encore des agents chimiques trouvés dans certains produits ménagers.

On les trouve aussi bien dans l'environnement extérieur qu'intérieur, ce dernier comportant d'ailleurs trente à cent fois plus d'agents polluants que le premier. On comprend alors l'importance d'aérer régulièrement les pièces d'habitation et de travail.

Ces éléments apportent à l'organisme des radicaux libres qui vont attaquer les éléments de la structure de la peau, notamment les fibres de collagène, et les décomposer. Ce qui va entraîner sècheresse, rougeurs et irritations, démangeaisons, ainsi que rides et ridules, et le teint va devenir irrégulier, terne et épaissi.

 

L'abus d'alcool :

 

Une consommation excessive d'alcool va aggraver le processus de vieillissement de la peau, essentiellement par les carences en éléments nutritifs essentiels qu'elle entraîne, tels que vitamines et minéraux.

En outre, l'alcool, en provoquant une dilatation des vaisseaux sanguins, va entraîner la dilatation des veinules, une circulation ralentie, et donc des rougeurs diffuses au niveau du visage, de la couperose et des gonflements autour des yeux.

 

Une alimentation déséquilibrée :

 

L'un des facteurs majeurs qui jouent dans le processus de veillissement cutané est l'alimentation.

Ainsi, une alimentation déséquilibrée ou des régimes draconiens répétés vont favoriser les carences en nutriments, tels que vitamines, minéraux et acides gras essentiels. De même, une alimentation déséquilibrée sera pauvre en antioxydants, éléments qui pèsent dans la balance entre les phénomènes de dégradation et de réparation cellulaire.

En outre, une hydratation interne insuffisante représente un autre facteur important des altérations que peut subir la peau au cours du temps.

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0