Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : Le blog de Cameline
  • Le blog de Cameline
  • : Un blog sur les femmes et la féminité, sur leur beauté et leur histoire .... Un blog aux petits soins pour la peau, aux petits soins pour soi.
  • Contact

Rechercher

Retrouvez cameline surHellocoton

Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs

Les blogs 2016 qui inspirent les femmes actives
2 janvier 2013 3 02 /01 /janvier /2013 01:05

Le-Theatre-de-la-Mode---Christian-Berard.jpg

 

 

En 1945 deux cent petites poupées vêtues par les plus grands couturiers parisiens vont devenir les ambassadrices du renouveau de la Haute Couture française.

Dans la France en ruine, le projet du Théâtre de la Mode, initié pour venir en aide aux victimes de la guerre, se révèlera un événement décisif de l'histoire de la haute couture française.

 

 

Paris, octobre 1944. Deux mois après la Libération de Paris, alors que la guerre n'est pas encore terminée, la France est durement touchée par les pénuries et les restrictions, et le climat particulièrement froid de l'hiver 1944 augmente encore les difficultés du quotidien.

 

Liberation-de-Paris.-Convoi-de-ravitaillement-sur-copie-1.jpg

 

Avant guerre, la Haute Couture française vivait une période florissante, avec près de soixante-dix grands couturiers parisiens, mais la guerre y a mis un terme. Le secteur de la mode n'a pas été épargné  par la guerre et l'Occupation. De nombreuses maisons de couture ont fermé ou sont à l'agonie.Fuite d'une grande partie de leur clientèle, ralentissement des échanges internationaux,auxquels s'ajoute la tentative des Nazis de déplacer la capitale de la mode à Berlin et à Vienne. 

 

Pourtant , malgré cette ambiance de rigueur, la Libération avait apporté l'espoir de temps meilleurs, et les couturiers sont prêts à apporter un nouveau souffle à l'industrie de la mode.

 

Liberation-copie-1.jpg

 

Naissance du projet

 

Dans le but de recueillir des fonds pour les victimes de la guerre, l'Entraide Française demande à Lucien Lelong, président de la Chambre Syndicale de la Haute Couture Française, de mettre en place une vaste opération qui participerait également à la promotion de la mode parisienne.

 

Lucien Lelong Le Théâtre de la mode Paris 1945 Béla Bern

Lucien Lelong 

 

Lucien Lelong en confie l'organisation à Robert Ricci, fils de Nina Ricci, et à Paul Caldaguès, journaliste de mode.

Le premier a l'idée d'une présentation de la mode à travers un petit théâtre constitué de plusieurs scénettes. C'est le second qui imagine de petites poupées habillées par de grands couturiers.

Ainsi l'idée du petit Théâtre de la Mode prend forme, dont la taille se prête mieux qu'un défilé grandeur nature aux conditions difficiles de l'époque.

 

Le choix du directeur artistique se porte sur l'artiste aux multiples talents Christian Bérard, qui travaillera aux côtés de Boris Kochno. Peintre et illustrateur, scénographe, décorateur, costumier, Bérard est un des favori des cercles parisiens à la mode, et c'est à ses amis artistes qu'il fait appel pour concrétiser le projet. Onze artistes qui vont créer une dizaine de décors différents, mélange cosmopolite de noms prestigieux et de jeunes prodiges, de Français et de réfugiés venus d'Espagne et de Russie,. Tous ensemble ils vont associer leurs talents dans un même projet.

 

Berard-et-Kochno.jpg

Christian Bérard et Boris Kochno

 

Conception des poupées

 

La création des petites poupées est confiée à la jeune illustratrice Eliane Bonabel.

Elle dessine alors des petites poupées dont la quasi transparence des corps mettra en valeur vêtements et accessoires.

 

Eliane-Bonabel.jpg

Eliane Bonabel


A partir de ces croquis, le sculpteur Jean Saint-Martin crée en fil de fer les corps des poupées, tout en légèreté et souplesse. Ce matériau est aussi choisi pour sa grande disponibilté dans les rues de Paris après l'Occupation des Nazis.

Sous les mains du sculpteur, le fil de fer est tordu, étiré, plié, soudé, pour former peu à peu des petits corps de femmes de xoixante-dix centimètres de hauteur.

 

Jean-Saint-Martin-par-Bela-Bernand-1945.png

Jean Saint-Martin


Jean-Saint-Martin-et-Eliane-Bonabel.jpg

Jean Saint-Martin et Eliane Bonabel


Les visages des poupées sont sculptés en plâtre par Joan Rebull, réfugié catalan. Blancs et sans maquillages, elles ont l'air de statues mélancoliques.

 

Joan-Rebull-1945-copie-1.jpg

  Joan Rebull


Enfin, pour parfaire l'ensemble, de grands noms de la coiffure élaborent des coiffures différentes pour chacune des poupées.

 

Le-Theatre-de-la-mode-Paris-1945-coiffures.png

 

Coiffures-Theatre-d-ela-mode.jpg

 

Les poupées ainsi faites seront habillées, chaussées, avant de prendre place dans les petites scènes aux décors merveilleux, pour former un spectacle qui semble sorti d'un rêve.


Au-travail.jpg


Conception des costumes et accessoires

 

Une quarantaine de maisons de couture sont appelées à participer à l'opération, dont les prestigieux Elsa Schiaparelli, Jacques Fath, Jean Patou, Marcel Rochas, Hermès, Nina Ricci, Balenciaga, Worth, Carven, Jeanne Lanvin, Madame Grès, Pierre Balmain, Jacques Fath, et bien d'autres.

 

Jacques-Fath-1945-copie-1.pngJacques Fath

 

Madame-Carven-1945.png

Madame Carven

 

Madeleine-de-Rauch-1945.png


 

Maggy-Rouff-1945-copie-1.jpg

Maggy Rouff

 

Marcel-Rochas-1945.png

Marcel Rochas

 

Nina-Ricci-1945.png

Nina Ricci

 

Robert-et-Nina-Ricci-Le-Theare-de-la-mode-Paris-1945-Bel.png

Robert et Nina Ricci


Chaque couturier va fournir gracieusement les tissus et autres matériaux, et s'engage à produire bénévolement une à cinq tenues. Au total, 170 tenues présenteront le nouveau style de 1945

L'ensemble de leurs employés sont impliqués dans le projet.

 

Au-travail-2-copie-copie-1.jpg 

Une trentaine de modistes des plus talentueux vont confectionner de petits chapeaux à l'échelle des poupées, ajustés sur des minuscules moules en bois, coupés et recoupés pour s'ajuster au millimètre près sur les petites têtes.

 

Modiste-Theatre-de-la-Mode.jpg


Au final, toilettes de ville, d'après-midi, du soir, et chaque accessoire qui les accompagne, sont réalisés avec minutie pour en faire des répliques exactes, versions miniaturisées des modèles originaux. Aucun détail ne manque, tout est réalisé à la perfection.

 

Le-Theatre-de-la-Mode-Poupees-1.jpg

  

Poupees-Theatre-de-la-Mode-2.jpg

  Poupees-Theatre-de-la-mode-3.jpg

 

Les finitions sont extrêmement soignées. Des dessous de soie sont cousus pour que être portés sous les robes. Les minuscules boutons se boutonnent et déboutonnent sur de véritables boutonnières. Les poches des vêtements sont de vraies poches. Les petits parapluies s'ouvrent et se ferment. Les gants miniatures sont délicatement brodés. Des ceintures minuscules, des petites fleurs et des ornements de plumes sont réalisés. Et dans les petits sacs à main, on trouve des petits porte-monnaies et de tout petits poudriers.

 

Gants-et-sac.png

 

Enfin, les petites chaussures sont fabriquées à l'identique des modèles grandeur nature, chaque paire étant spécialement choisie pour chaque tenue.

 

Chaussures---Theatre-de-la-Mode.jpg

 

Le travail est énorme. Et tout cela malgré les privations, les rationnements, la pénurie, et le froid.
Malgré le manque de fournitures et matériaux : le tissu manque, tout comme le cuir, et les maisons de couture vident leurs stocks de coupons. Les fils colorés sont introuvables, il faut se procurer du fil blanc avant de le teindre. Même les aiguilles sont rares.

Malgré les rations alimentaires tout juste suffisantes, les coupures d'électricité incessantes, le manque de chauffage dans des ateliers froids en plein hiver, l'eau glacée où il fallait tremper les peaux, l'obligation de venir travailler à pied à vélo.

Malgré toutes les difficultés, tous, artistes et artisans se jettent avec enthousiasme dans la réalisation du projet.

 

Le-Theare-de-la-mode-Paris-1945-Bela-Bernand---preparat.png

 

Sources :

 

Le Théâtre de la mode ou le renouveau de la couture création à la Libération, par Dominique Veillon (Vingtième siècle. Revue d'histoire. Année 1990)  

L'Ambassade de la Mode, par P. Schall  

Le Théâtre de la Mode, article de Roger-M.Chevenard, 1945  

The Fashion Doll, par Juliette Peers, 2004, Edition Berg

Gypsy and the Traveler
Le blog de Denise Brain
Poupendol
Phoenix Art Museum
The Fashion Doll Review
Wikipédia
Domidoll
The Cutting Class
Remember
Mendofleur : Vintage Textiles
MarketingInVogue
Art Fashion Creation
Artifex Almanach
Drouot.com 
ParisOriginal
Fashion-Incubator
Mode et Luxe : Images et réalités de la nouveauté, par Serge Carreira

    

Photos :
Galerie Flickr de photos de Béla Bernand

Livre :
Fashion Dolls : The Survival of Haute Couture , collectif

Films :
Le Théâtre de la Mode, par Telos Production
Théâtre de la mode at the Phoenix Art Museum
 
Diaporama :
Fashion & Style : Théâtre de la mode
 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Partager cet article

Repost 0
Published by Mélanie - dans Histoires de mode
commenter cet article

commentaires

plombier paris 75010 26/01/2015 20:57

J'apprécie votre blog , je me permet donc de poser un lien vers le mien .. n'hésitez pas à le visiter.
Cordialement

tartangirl 07/01/2013 10:04

Merci pour cette présentation, tu as dû y passer un bon moment pour préparer ces deux articles, bravo. Et quel travail fourni par tous ces modistes, couturiers, coiffeurs etc., etc. C'est
impressionnant. Dommage que tout ait disparu du premier théâtre mais le nouveau est aussi beau à voir. Bises.

Mélanie 07/01/2013 19:42



Tu as raison, préparer ce genre d'article me prend plusieurs semaines. D'une petite idée au départ je commence des recherches qui se révèlent de plus en plus passionantes, et un projet de petit
article finit en dossier !!! Merci encore pour tes visites. Bises, Mélanie



Gentleman W 02/01/2013 12:45

BONNE ET HEUREUSE ANNEE 2013

Avec vos articles si riches, si étonnant comme celui-ci, si fabuleux à lire et relire, vous êtes une blogueuse de rêve !

Merci pour ce partage de connaissance, de bonheur

Mélanie 02/01/2013 14:28



Merci à vous pour ces visites ! Bonne Année Gentleman



Stelda 02/01/2013 10:03

Cet article est fabuleux!! Je n'avais jamais entendu parler de ce projet. Merci Cameline et tous mes voeux pour 2013 ;-)

Mélanie 02/01/2013 10:21



Merci ma belle ! Bonne année à toi aussi :)